Menu
S'identifier

La Région Sud investit 30 M€ pour faire verdir ses ports 

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 06.09.2019 | Dernière Mise à jour : 06.09.2019

À travers ce programme Escale Zéro Fumée, la Région s’est donné comme ambition de parvenir à brancher 100 % des ferries à quai à horizon 2023 et de proposer une connexion électrique aux paquebots dès 2025.

Crédit photo NBC

Le Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renault Muselier, a présenté le 5 septembre un programme de 30 M€ destiné à réduire la pollution atmosphérique générée par les activités maritimes dans les ports de Marseille, Toulon et Nice. Ce soutien financier, à la fois pour les ports et les compagnies maritimes, sera assorti d’un dispositif de suramortissement fiscal, a annoncé la ministre de la transition écologique Élisabeth Borne. 

Électrification des quais de Marseille, Toulon et Nice, soutien au développement des filières GNL, hydrogène et coup de pouce financier aux armateurs pour accompagner le rétrofit des navires… La Région Sud mobilise 30 M€ pour réduire la pollution de l’air en région générée par les escales des ferries, cargo-mixtes et paquebots. "C’est un acte fédérateur, réconciliateur entre les villes portuaires et les citoyens. C’est une révolution qui placera nos trois ports dans le Top quinze mondial en matière de transition écologique", a expliqué, ce 5 septembre, Renault Muselier devant la communauté maritime, la ministre de la transition écologique Élisabeth Borne et le nouveau secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. 

Le président de la Région Sud a également annoncé qu’il mobiliserait "4,5 millions d’euros de fonds européens encore disponibles sur la période 2014-2020 pour soutenir cette démarche. Ils viendront s’ajouter aux crédits régionaux déjà précisés". À travers ce programme Escale Zéro Fumée, la Région s’est donné comme ambition de parvenir à brancher 100 % des ferries à quai à horizon 2023 et de proposer une connexion électrique aux paquebots dès 2025. Les solutions techniques étant plus complexes et coûteuses à déployer au regard de la demande énergétique des navires.   

Marseille multiplie par 5 sa fourniture d’électricité aux navires

"La consommation d’un seul navire de croisière équivaut à celle de la ville de Toulon. Sa pollution équivaut à celle de 250 voitures", a précisé le maire de Toulon et président de Toulon Provence Métropole, Hubert Falco. Ce dernier a annoncé l’équipement des quais ferries. Une intervention financière de la Région en faveur des navires de Corisca Ferries est prévue à hauteur de 300 000 € par unité. 

En avance sur ces questions avec des navires branchés à quai depuis janvier 2017, le port de Marseille a annoncé au début de l’été un investissement de 20 M€ pour équiper ses quais de connexions électriques. 15 M€ seront abondés par les collectivités (10 M€ de la Région et 5 M€ par le Département ). "Nous allons passer de 10 MW par an en 2018 à 40/50 ​​​​​​​MW d’ici 2023", souligne Hervé Martel, président du directoire du port de Marseille-Fos.

Suramortissement pour les armateurs

Nice, pour sa part confronté à des escales très courtes des navires de Corsica Ferries, envisage le déploiement "d’un système mobile de groupes électrogènes alimentés par une pile à hydrogène", a précisé le maire Christian Estrosi. Le port azuréen bénéficiera de 6 M€ avec un financement régional et Feder. Les ports corses de Bastia et Ajaccio devraient également proposer de l’électricité à quai, a expliqué le président de la Collectivité territoriale de Corse, Gilles Siméoni. 

Élisabeth Borne saluant la "détermination" de Renault Muselier "à vouloir traiter ce problème" de la pollution de l’air par les navires, a annoncé l’adoption d’un dispositif de suramortissement. "Il faut inciter aux meilleures  pratiques pour soutenir les investissements verts dans les navires qui croisent à proximité des côtes françaises", a précisé la ministre. Au 1er ​​​​​​​janvier ​​​​​​​2020, le taux de soufre dans les carburants marins sera divisé par 7.

Une promotion "Jacques Saadé"

"Quand le gouvernement se mobilise dans les instances internationales, ça peut paraître lointain mais cela a un impact sur la qualité de vie des Français. Nous ne voulons pas en rester là, et créer une zone ECA en Méditerranée pour réduire à nouveau par cinq la teneur en soufre des carburants", a complété la ministre avant de se rendre chez CMA CGM pour la rentrée solennelle des élèves officiers et ingénieurs de l’École nationale supérieure maritime. La promotion "Jacques Saadé" compte 150 élèves.

La ministre et le secrétaire d’État se sont rendus en début d’après-midi sur les quais phocéens à bord du Piana de la Méridionale, seul navire au monde équipé d’un filtre à particules depuis trois mois. Des tests extrêmement concluants qui vont "bien au-délà de nos espérances, avec 99,9 % de réduction de particules fines et ultrafines", a souligné le Pdg de la compagnie, Marc Reverchon.  

Auteur

  • Nathalie BUREAU DU COLOMBIER

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format