Menu
S'identifier

La Norvège inaugure le premier centre de test au monde pour navires à carburants alternatifs

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 22.10.2020 | Dernière Mise à jour : 22.10.2020

Crédit photo Istock

La Norvège a inauguré le 1er octobre un centre de tests pour navires à propulsions alternatives. Basé sur l'île de Stord, il est ouvert aux entreprises développant de nouvelles technologies, qu’il s’agisse d’acteurs nationaux ou internationaux. L'objectif est de consolider la position de la Norvège en tant que leader en matière de marine propre.

La Norvège vient d’inaugurer un premier centre de tests de carburants alternatifs pour la marine. Le centre baptisé "Catapult Centre Sustainable Energy" inauguré le 1er octobre sur l'île de Stord, à 70 km au sud de Bergen, est une première mondiale. Il sera entièrement équipé en 2021. L’un des objectifs de l’initiative est de conforter la position du royaume en tant que leader des carburants verts sur mer, essentiellement l’ammoniac et l’hydrogène.

Ouvert aux acteurs nationaux et internationaux

Le programme est soutenu par le ministère du Commerce et de l’Industrie. Le centre, aux mains de l’investisseur Alltec Services, sera ouvert aux entreprises développant de nouvelles technologies, qu’il s’agisse d’acteurs nationaux ou internationaux. Ils pourront louer sur place les services mis à disposition par Catapult. Plusieurs projets ont annoncé leur participation prochaine. Les premiers tests porteront sur un bateau propulsé à l’ammoniac, le projet européen ShipFC. Prototech testera pour sa part des projets dans l’hydrogène, obtenu à l’aide d’ammoniac ou de GNL. La société Wärtsilä testera de son côté, avec son partenaire Repsol et l’armateur Knusten OAS, le premier moteur au monde à l’ammoniac.

Tester les nouvelles technologies à grande échelle

"La Norvège a pris de l’avance en termes de carburants propres. Pour conserver cette avance, les acteurs de la branche ont besoin de capacités pour tester à grande échelle les nouvelles technologies qui pourraient renforcer le secteur", explique le centre dans une brochure. 

L’ONU avait adopté en 2018 une résolution ayant pour objectif de réduire de moitié les émissions de la marine marchande d’ici 2050. L’industrie norvégienne du gaz et du pétrole, très dépendante des transports maritimes, veut pour sa part réduire ses émissions de 40 % d’ici 2030 et devenir neutre du point de vue climatique d’ici 2050. 

Auteur

  • Nathalie Versieux, correspondante à Berlin

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format