Menu
S'identifier

Brexit : Norlink Ports, l’union commerciale des ports du Nord, prévoit le pire

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 28.09.2018 | Dernière Mise à jour : 01.10.2018

Près de 650 camions par jour passeraient par la Manche chaque jour, les échanges avec la Grande-Bretagne représentant près de 4 milliards d’euros.

Crédit photo Dunkerque Port

Les ports du nord de la France se préparent au Brexit. Une conférence de presse se tenait hier à Lille pour exposer notamment comment Norlink Ports, l’Union commerciale des ports du Nord, a l'intention de procéder afin de mettre en place un plan de contingence pour mettre à niveau les infrastructures.

Norlink Ports, l’union commerciale des ports du Nord, qui compte aujourd’hui 25 adhérents, s’attend au pire pour le Brexit. "Nous préférons envisager le pire des scénarios pour être certains d’assurer la fluidité", explique Stéphane Raison, à la tête du port de Dunkerque. Aujourd’hui, 70 % des échanges vers et de la Grande-Bretagne s’effectuent par la route, traversant le détroit soit par la mer vers Calais ou Dunkerque, soit par le tunnel sous la Manche. Soit pour 2017 l’équivalent d’1,6 million de camions transportés par Eurotunnel, près de 2 millions de poids lourds ayant utilisé le port de Calais et environ 650 camions par jour à Dunkerque. Le préfet de région, Michel Lalande, a été missionné pour superviser l’organisation des nouveaux échanges. C’est pourquoi les ports ont instauré un plan de contingence pour mettre à niveau les infrastructures, notamment en termes de parkings, de hangars, de bâtiments pour accueillir les nouveaux services de contrôles", explique Stéphane Raison.

Des formations pour les entreprises

Norlink va également communiquer largement sur les effets de ce Brexit auprès des entreprises, en mettant également en place des formations pour les entreprises qui ne sont pas familières des procédures de dédouanement et de transit.

"L’État se charge pour sa part de mettre en place un nombre suffisant de ressources humaines pour effectuer les contrôles vétérinaires et phytosanitaires. La difficulté est aujourd’hui de pouvoir jauger correctement la nature et le nombre des contrôles." L’objectif est de pouvoir identifier très rapidement les cargaisons soumises à contrôle.

Anticiper pour ne pas perdre l'avantage

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, en visite le 9 juillet à Dunkerque, a annoncé le recrutement de 700 douaniers à l’échelle de la France, dont 200 seront rattachés à Calais et à Dunkerque, dans l’attente des négociations du Brexit.

Les échanges avec la Grande-Bretagne représentent près de 4 milliards d’euros avec une balance commerciale déséquilibrée en faveur de la France. "Si demain, cette fluidité n’était plus assurée, les trafics se redirigeraient immanquablement vers d’autres ports du range Nord", conclut Stéphane Raison.

Auteur

  • Gaëtane Deljurie

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format