Menu
S'identifier

Arrivée en Espagne d’un cargo transportant 18 000 t de maïs ukrainien

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 12.07.2022 | Dernière Mise à jour : 12.07.2022

Kiev exporte actuellement deux millions de tonnes de céréales par train chaque mois, ce qui reste largement en dessous de ce que l’Ukraine exportait avant le conflit via ses ports, notamment Odessa.

Crédit photo Shutterstock

Le blocus des côtes ukrainiennes par la marine russe empêche depuis le début du conflit les céréaliers ukrainiens de livrer leurs moissons par la mer Noire, la route privilégiée pour les exportations de céréales russes qui quittaient le pays par le port d’Odessa avant le conflit. Un premier cargo chargé de 18 000 tonnes de maïs ont été déchargées et sont passées par une nouvelle route maritime...

L’Alppila, un cargo battant pavillon finlandais, est arrivé mi-juin au port de La Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, où ont été déchargées 18 000 tonnes de maïs ukrainien destiné à l’alimentation du bétail. Le blocus des côtes ukrainiennes par la marine russe empêche depuis le début du conflit les céréaliers ukrainiens de livrer leurs moissons par la mer Noire, la route privilégiée pour les exportations de céréales russes qui quittaient le pays par le port d’Odessa avant le conflit.

Depuis des mois, la communauté internationale et les partenaires de l’Ukraine travaillent activement à la mise en place de routes sûres, pour écouler les récoltes ukrainiennes. Le temps presse, alors que les silos à grains du pays contiennent toujours quelques 20 000 tonnes de céréales de l’an passé, à écouler avant les récoltes de 2022.

Une nouvelle route par la Baltique

Selon l’association galicienne de fabricants d’aliments pour animaux Agafac, destinataire de la commande, la cargaison de maïs a été acheminée d’Ukraine vers la Roumanie et la Pologne par camions, avant de rejoindre le port polonais de Swinoujscie au bord de la mer Baltique.

L’Alppila a ensuite fait escale à Brunsbüttel en Allemagne, avant de rejoindre les côtes espagnoles.
"Il s’agit du premier envoi de céréales à travers cette nouvelle route maritime ouverte dans la Baltique pour contourner le blocus russe", assure l’Agafac.

Deux millions de tonnes de céréales par train

Kiev exporte actuellement deux millions de tonnes de céréales par train chaque mois, ce qui reste largement en dessous de ce que l’Ukraine exportait avant le conflit via ses ports, notamment Odessa. Un pont ferroviaire a également été mis en place via l’Allemagne, mais les capacités du rail sont insuffisantes pour répondre aux besoins, notamment du fait d’une pénurie en conducteurs de trains, et de l’écart des rails, différents entre l’Ukraine et l’Europe de l’Ouest.

Certains pays comme la France ou la Turquie poussent à l’ouverture d’un corridor en Mer Noire, pour permettre la reprise des exportations ukrainiennes, dans un contexte alimentaire de plus en plus tendu au Moyen-Orient et en Afrique.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format