L'Italie "croit beaucoup" au projet de rapprochement Fincantieri-STX

Les Chantiers de l’Atlantique ont annoncé le 25 octobre un nouveau portique de 1.050 tonnes © Chantiers de l'Atlantique
Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a assuré qu'il croyait beaucoup au projet de rapprochement entre les Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) et l'italien Fincantieri, au lendemain de l'annonce d'une enquête de la Commission européenne sur ce projet. "Je crois beaucoup en ce projet, qui vise à renforcer notre industrie de la construction navale, et par 'notre industrie' j'entends européenne," a déclaré Giuseppe Conte. "Lorsqu'on parle de géants qui doivent rivaliser sur la scène mondiale, si nous ne pensons qu'au microcosme européen et pas à l'économie globale, on prend le risque de désavantager nos champions", a-t-il précisé. La Commission européenne a ouvert mercredi 30 octobre une enquête approfondie sur le rachat des Chantiers de l'Atlantique par l'italien Fincantieri, qui pourrait nuire à la concurrence dans la construction navale. Au risque d'irriter Rome et Paris. "C'est un sujet politique que j'ai déjà abordé à plusieurs reprises lors des Conseils européens. Lorsque nous parlons de concurrence, nous parlons de règles élaborées il y a quelque temps déjà, à un moment où la globalisation n'existait pas", a poursuivi Giuseppe Conte, interrogé sur cette enquête. "Ceci est un élément politique que je soumets aux considérations d'ordre technique relevant de la compétence de la Commission européenne", a-t-il ajouté.
Selon Bruxelles, l'opération envisagée par Paris et Rome "est susceptible d'avoir une incidence négative sur la concurrence dans le domaine de la construction de navires de croisière, au détriment des millions d'Européens qui partent en vacances de croisière chaque année". La Commission explique que cette opération, annoncée en septembre 2017, réduira le nombre d'acteurs sur un marché déjà très concentré. L'exécutif européen dispose désormais de 90 jours ouvrables, soit jusqu'au 17 mars 2020, pour prendre une décision. À l'annonce de cette enquête, la France a rappelé qu'elle était aussi "très attachée au projet de rapprochement" entre les deux groupes.

Transport maritime

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15