Brahim Oumansour : « Il y a environ 800 produits interdits à l'importation au niveau des douanes algériennes »

Article réservé aux abonnés

Brahim Oumansour

Brahim Oumansour, directeur de l'Observatoire du Maghreb à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris).

Crédit photo ©Eyrolles
Le blocage depuis septembre par l'Algérie de l'importation de bovins en provenance de France relève d'enjeux sanitaires stricts plus que d'un jeu diplomatique, estime Brahim Oumansour, directeur de l'Observatoire du Maghreb à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris).
Les raisons sanitaires invoquées par l'Algérie pour bloquer les arrivées de bovins vivants vous paraissent-elles légitimes alors que certains voisins ont rouvert leur marché ?

Brahim Oumansour : L'argument officiel algérien est que la suspension de l'importation [de bovins français] a été décidée à la suite de la détection d'une maladie virale dans le cheptel français. La décision est préventive. On peut imaginer les conséquences sanitaires et financières d'une contagion du cheptel algérien. L'argument paraît légitime dans un pays où les éleveurs manqueraient de moyens en cas d'épidémie. Sur un sujet proche, il est bon de rappeler…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

Logistique - Supply chain

Règlementation

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15