Menu
S'identifier

La nouveauté Uber Freight dans le transport routier

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 04.01.2017

uber freight

Depuis le 27 décembre 2016, la société Uber propose Uber Freight aux États-Unis à destination des chargeurs et des compagnies de transport.

Crédit photo BB

Le 27 décembre 2016, la société américaine Uber a lancé le service Uber Freight, aux États-Unis, une bourse de fret digitale ouverte aux chargeurs et transporteurs. Avec une force de frappe commerciale qui, pour l'instant, a été mise en veilleuse.

Depuis le 27 décembre 2016, la société Uber propose… Uber Freight aux États-Unis à destination des chargeurs et des compagnies de transport. Malgré un lancement jugé discret au lendemain de Noël, différents journaux, outre-Atlantique et en France, ont mis en exergue cette application digitale, nouveau service d’intermédiation visant le transport long courrier, avec des prix variant en fonction de l’offre et de la demande. 

"Le site n’a rien de révolutionnaire technologiquement. Mais avec la force de frappe commerciale d’Uber, le secteur du transport de marchandises pourrait être chamboulé", précise L’Usine Digitale.

Un "marketplace" pour le fret

Dans ce contexte, les commissionnaires ("freight brokers"), au nombre de plus de 10 000 aux États-Unis, sont les premiers impactés. Avant Uber Freight, ils ont vu s’implanter et se développer les applis Lyft, Hailo, Traansmission (à New York), Cargomatic (à Los Angeles), Keychain Logistics (à San Francisco)… Lesquelles utilisent le même principe d’une bourse de fret adossée à une cartographie du fret et une géolocalisation des véhicules, fonctionnant en temps réel. 

Ces services se rémunèrent par le biais de commissions sur chaque transaction et/ou avec les abonnements. Ce type de "marketplace" pour le fret est en vogue aux États-Unis en raison du poids que le pèse le transport par route.

Limiter les trajets à vide

Selon l’association American Trucking (ATA), le mode routier traite 80 % des volumes annuels, pour un montant de 700 milliards de dollars. Dans ce flux, les trajets à vide sont le fléau économique que veulent limiter les logisticiens. Ils génèreraient un coût avoisinant les 16 milliards rien que pour le seul transport par conteneurs, indique l’ATA.

Thème(s) associé(s)

Transporteurs

Auteur

  • Benoît Barbedette

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format