Renault Trucks décarbone sa logistique entre Lyon et Bourg-en-Bresse 

Les transports Chazot et Dupessey sont passés à l'électrique avec ces Renault E-Tech 44 t.

Crédit photo Christophe Barette
En 2022, Renault Trucks a lancé un projet pour décarboner sa logistique, notamment l'approvisionnement en pièces de l'usine de Bourg-en-Bresse (Ain). L'ambition affichée est la suivante : une logistique entre ses sites de production 100 % électrique en 2030. Voici la première étape.

Transport d'essieux. La première étape de ce projet de décarbonation se met en place avec l’abandon des camions gasoil au profit de camions électriques pour le transport des essieux entre les usines de Lyon et de Bourg-en-Bresse.

Navette électrique. Depuis le mois de juin, les entreprises Dupessey et transports Chazot assurent la navette avec cinq camions électriques Renault Truck E-Tech T de 44 t, entre les deux sites du constructeur.

Pas le droit à l'erreur, car on livre à flux tendu. « Un retard de plus d'une heure d'un des véhicules aurait des conséquences sur l'organisation du site industriel de Bourg-en-Bresse », avoue Jean-Philippe Kreitz, en charge de la décarbonation de la logistique de Renault Trucks.

Double deal. Les deux transporteurs ont passé un contrat de location d'une durée de six ans avec Renault Trucks, pour les cinq camions.

Le constructeur a, en retour, a passé un contrat de six ans pour le transport d'essieux avec les deux transporteurs, en camions électriques. Un calcul de temps au plus juste permet de partager au mieux le surcoût de 10 % du passage à l'électrique.

La mission. Les 5 camions électriques sont chargés à 20 t de matériel. Ils effectuent chacun 2 rotations quotidiennes, soit 360 km. Ils acheminent les essieux, fabriqués sur le site de Lyon, jusqu’à l’usine de Bourg-en-Bresse, où sont assemblés les camions de haut tonnage. 

Entre deux tours sur la ligne Lyon - Bourg-en-Bresse, Soula réalise une recharge intermédiaire.
Crédit photo : Christophe Barette

La recharge. Les camions sont rechargés à 100 % en fin de journée aux dépôts. Chaque transporteur a choisi la marque de ses bornes de recharge. Dupessey a fait le choix de Mobilize (Renault Group). Les transports Chazot ont misé local avec la société stéphanoise Etotem.

Une charge intermédiare est faite entre les deux rotations quotidiennes. Deux stations de 360 kW (avec 2 points de charge chacune) sont installées sur le site de Renault Trucks à Saint-Priest. 

Gains de CO2. Cette électrification des flux logistiques permettra d'économiser, selon les calculs du constructeur, 375 t de CO2 chaque année, pour 440 000 km effectués.

Après 5 000 km en Renault E-Tech, Ronas est conquis par la conduite d'un camion électrique.
Crédit photo : Christophe Barette

Réactions des conducteurs routiers. Passée l'appréhension et le questionnement sur l'utilisation des camions électriques, les conducteurs rencontrés sont plutôt sereins.

Soula, chauffeur habitué au diesel, roule  à l'électrique depuis quelques semaines. « Lorsque c'est bien, il faut le dire, et là, c'est très confortable. J'aurai du mal à repasser au diesel ».

Ronas, conducteur lui aussi depuis plusieurs années, a depuis 4 semaines parcouru 5 000 km avec le E-Tech T. Le constat est clair : « Pas de bruit, pas de vibrations, c'est très confortable. La fin de journée est moins dure. Par contre, il faut faire plus attention aux piétons qui n'entendent pas le camion arriver. Si j'ai le choix entre un camion thermique ou électrique, je prends l'électrique ».

Les essieux, fabriqués chez Renault Trucks à Lyon, sont acheminés à l’usine de Bourg-en-Bresse en camion électrique.
Crédit photo : Christophe Barette

A lire également : Camion électrique : découvrez la répartition des 130 M€ d'aides publiques en 2024 

Constructeur

Routier

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15