Menu
S'identifier

Le port de Colmar / Neuf-Brisach inaugure son activité colis lourds

Supply Chain Magazine | Fluvial | publié le : 23.09.2019 | Dernière Mise à jour : 23.09.2019

Transbordement d’un composant d’une pelle minière Liebherr - Port sur le Port Rhénan de Colmar / Neuf-Brisach.

Crédit photo DR

Le 19 septembre, le port Rhénan de Colmar / Neuf-Brisach, à Volgelsheim en Alsace a officellement inauguré les infrastructures lui permettant d'ajouter une corde à son arc : l'activité "colis lourds". Parmi elles, une grue hors norme d'une capacité de 1 000 tonnes.

C’était le 19 septembre en présence de nombreux élus de collectivités locales et de chefs d’entreprise qu’a été officiellement inaugurée l’activité "colis lourds" du Port Rhénan de Colmar / Neuf-Brisach, à Volgelsheim en Alsace. Depuis le printemps 2019, ce site est équipé d’un des plus gros engins de levage mobile de l’Hexagone, une grue hors norme d’une capacité de levage de 1 000 tonnes.

Cela ouvre de nouvelles perspectives aux entreprises de la région Grand Est et du Bade-Wurtemberg pour leurs exportations de colis lourds par le fleuve vers les grands ports de la Mer du Nord, à trois jours de navigation. A moyen terme, il est d’ailleurs prévu de créer un terminal avec un portique spécifiquement dédié aux colis lourds.

General Electric a été le premier utilisateur du port pour le transport de turbines (jusqu’à 430 tonnes), récemment suivi du fabricant de gigantesques pelles minières Liebherr Mining, qui expérimente depuis juin l’acheminement par voie fluviale de composants (jusqu’à 100 tonnes pièce) vers les ports d’Anvers et de Zeebrugge. Pour affiner sa démarche de report modal, Liebherr-Mining Equipment Colmar s’est appuyé sur les résultats d’une étude approfondie financée à 50 % par Voies navigables de France (VNF) Strasbourg dans le cadre du Plan d’aide au report modal (PARM).

Un pilote d'un an

À l’issue du premier trimestre de ce pilote d’un an (déjà 34 machines expédiées via 11 barges, soit l’équivalent de 6 000 tonnes ou 290 colis), le bilan semble très positif : réduction d’un facteur 4 des émissions de CO2 par rapport au mode routier, soit près de -100 000 km parcourus sur route et -160 tonnes de CO2, et un taux d'accident quasi nul.Le préacheminement routier entre l’usine Liebherr-Mining de Colmar et le port a été confié à deux transporteurs alsaciens, Straumann et Wack, et la barge fluviale est opérée par Haeger & Schmidt Logistics. En termes de délais, à condition d’être bien synchronisé, ce report modal n’est pas pénalisant : si une machine est prête à l’expédition le vendredi matin, elle peut atteindre le port d’embarquement maritime (Anvers ou Zeebrugge) dès le lundi matin. Car contrairement aux transporteurs routiers, les péniches naviguent même le dimanche ! 

Auteur

  • Jean-Luc Rognon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format