Menu
S'identifier

FlexiLoire : vers la constitution d’un réseau fluvial entre Nantes et Saint-Nazaire

Actu-Transport-Logistique.fr | Fluvial | publié le : 19.04.2018 | Dernière Mise à jour : 19.04.2018

Le projet Flexiloire, un service fluvial multisite et multifilière, a été officiellement inauguré le 18 avril 2018 en présence des représentants des trois porteurs du projet que sont Nantes Métropole, la Carène, Saint-Nazaire agglomération et Nantes-Saint-Nazaire Port.

Crédit photo OC

Un peu plus de trois mois après sa mise en service, le service fluvial FlexiLoire a été inauguré le 18 avril 2018. En complément des acheminements réalisés pour le compte d’Airbus entre Cheviré et Montoir-de-Bretagne, de nouveaux trafics pourraient être mis en œuvre dès 2019.

La voie express reliant Nantes à Saint-Nazaire via le pont de Cheviré sera un peu moins engorgée à l’avenir grâce aux transports réalisés par barge fluviale sur l’estuaire de la Loire. C’est en tout cas l’ambition des trois porteurs du projet Flexiloire, un service fluvial multisite et multifilière devenu opérationnel le 16 janvier 2018.

Accompagnement financier

Il a été officiellement inauguré le 18 avril 2018, en présence des représentants des trois porteurs du projet que sont Nantes Métropole, la Carène, Saint-Nazaire agglomération et Nantes-Saint-Nazaire Port. Aux deux premiers reviennent l’accompagnement financier de la nouvelle liaison à hauteur de 430 000 € sur cinq ans suivant des parts respectives de 60 et 40 %, Nantes-Saint-Nazaire Port assurant, pour sa part, un rôle de coordinateur des commandes.

S’exprimant à cette occasion, Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, souligne "qu’en inaugurant aujourd’hui FlexiLoire, nous sommes au croisement de trois engagements métropolitains : mieux utiliser la Loire et en faire un corridor de déplacements pour les personnes comme pour la logistique ; inventer et tester des manières plus performantes énergétiquement de transporter les marchandises et développer nos projets avec Saint-Nazaire". Avant de se féliciter que "ces engagements croisés (entre les porteurs du projet et les entreprises utilisatrices du service dont Airbus – NDLR) sont aux fondements du jeu à la nantaise".  

Montée en puissance pour Airbus

Airbus est un utilisateur déjà ancien du service fluvial sur la Loire. Il a effectué 70 transports exceptionnels en 2017. Cette année et grâce à FlexiLoire, il portera ce nombre à 240. Comme l’explique Pierre Vermande, directeur d’Airbus Transport Surface, "la barge répond aux montées de cadence de nos programmes, et notamment l’A350.

Les éléments produits dans l’usine de Nantes (Bouguenais) sont chargés à Cheviré, puis acheminés de nuit à Montoir-de-Bretagne, le temps de parcours pour effectuer les 50 km de la liaison étant de 3 h 30 environ. Une fois débarqués, les éléments sont, ensuite, intégrés aux fuselages centraux des Airbus A330, 350 et 380. Par rapport à une solution routière, nous réalisons une économie de 10 % sur le coût de transport".

Jusqu’à neuf liaisons complémentaires !

Mais l’ambition des promoteurs du projet va bien au-delà des seuls acheminements réalisés pour le compte du constructeur d’avions européen. La Compagnie Ligérienne de Transport (CLT) qui effectue ces rotations à l’aide d’un pousseur et de la barge Jules Verne d’une capacité de 860 tonnes entend bien, en effet, ajouter de nouveaux trafics. Les contacts les plus avancés, semble-t-il, pourraient aboutir au transport de conteneurs dès 2019. Pour cela, la CLT mettra en œuvre des moyens complémentaires sous forme de trois barges adaptées aux colis lourds (capacité de 1 800 tonnes), aux vracs secs (capacité de 3 600 m3) et aux conteneurs. Présentée également le jour de l’inauguration, cette dernière pourra transporter jusqu’à 176 EVP (équivalent vingt pieds).

À terme, c’est un maillage complet de l’estuaire de la Loire qui est prévu. Il permettrait au service FlexiLoire – attendu à l’équilibre d’ici trois ans – de s’étendre à neuf liaisons complémentaires, dont Roche-Maurice-Saint-Nazaire. Au-delà des colis XXL et des conteneurs, les nouveaux trafics pourraient concerner la logistique urbaine, les véhicules, les convois exceptionnels en transit et les vracs secs.  

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format