Menu
S'identifier

Fin de pause en vue pour le canal Seine-Nord

Actu-Transport-Logistique.fr | Fluvial | publié le : 03.10.2017 | Dernière Mise à jour : 02.01.2018

Reste maintenant à trouver la ou les recettes affectées qui garantiront l'absence de dérapage budgétaire. Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, a clairement exclu une éventuelle écotaxe régionale.

Crédit photo DR

Le gouvernement ouvre finalement la porte à la réalisation du canal Seine-Nord. Élisabeth Borne, la ministre des Transports, affirme que "tous les éléments sont sur la table pour trouver une solution".

La ténacité des élus et décideurs économiques des Hauts-de-France aurait-elle payé ? Il semble en tout cas que le Canal Seine-Nord va échapper à la pause sur les nouvelles infrastructures décrétée en juillet dernier par le président de la République. Dans un entretien opportunément accordé au Courrier Picard le jour du déplacement d'Emmanuel Macron à Amiens, Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, annonce qu'un compromis a été trouvé.

Discussion autour des taxes affectées

"L’État est prêt à avancer avec les collectivités sur la base d’un nouveau montage qu’elles proposent, avec une société de projet régionale et une méthode de travail pour arriver à boucler le plan de financement", renchérit la ministre des Transports, Élisabeth Borne, dans ce même entretien. Les collectivités territoriales paieront les factures les premières années et garantiront l'emprunt. En échange, l'État confirme le principe du financement d'un montant d'un milliard d'euros, précise Gérald Darmanin.

Reste maintenant à trouver la ou les recettes affectées qui garantiront l'absence de dérapage budgétaire. Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, a clairement exclu une éventuelle écotaxe régionale. "La taxe poids lourds n’est pas la seule solution. Dans le rapport Pauvros, plusieurs pistes étaient évoquées, inspirées des taxations existantes comme par exemple la taxe sur l’immobilier de bureaux qui existe dans le cadre de la société du Grand Paris", indique Élisabeth Borne.

Boucler le projet avant mars 2018

La ministre se veut par ailleurs rassurante sur les délais à tenir. "J’ai échangé avec la commissaire européenne sur les financements européens. Elle m’a confirmé que nous avons jusqu’à mars 2018 pour clarifier la position et les besoins, et que ces financements européens pourront être engagés jusqu’en 2023."

Thème(s) associé(s)

Infrastructures

Auteur

  • Anne Kerriou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format