Menu
S'identifier

Transport combiné : le GNTC réclame plus de visibilité pour les entreprises

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 16.11.2017

Le Groupement national des transports combiné (GNTC) a tenu son assemblée générale à Paris le 16 novembre.

Crédit photo © DIL

Lors de son assemblée générale qui s’est tenue à Paris le 16 novembre, le Groupement national des transports combiné (GNTC) a fait part de ses espoirs pour le développement de la filière.

"Notre mode de transport n’a jamais connu un alignement des planètes plus favorable",  a estimé Dominique Denormandie, président du Groupement national des transports combinés, lors du discours qu’il a prononcé lors de l’assemblée générale de l’organisation, le 26 novembre à Paris.

Plus de visibilité pour les entreprises

Visiblement, les premiers pas de la ministre des Transports Elisabeth Borne rencontrent l’approbation du GNTC sur certains sujets. "Cessons de lancer des projets vertueux, à l’instar de l’écotaxe, pour les abandonner par la suite. Il serait plus judicieux de donner davantage de visibilité aux entreprises pour qu’elles puissent bâtir des stratégies à long terme", a plaidé Dominique de Normandie. Le groupement semble également en phase avec l'idée de faire une pause sur les grands projets d'infrastructures...sauf celui du Canal Seine Nord Europe.

Une liste de revendications

Évoquant la pénurie de conducteurs routiers, le président a précisé que "ce phénomène existait déjà il y a 10 ans mais que la crise l’a fait oublier", Dominique de Normandie a ensuite dressé une liste exhaustive de revendications pour le développement de la filière :

  • la création d’une direction de l’exploitation au sein de la SNCF ;
  • l’amélioration de la productivité des trains ;
  • la fin de l’attribution des sillons en dernière minute ;
  • la garantie d’une meilleure fiabilité de circulation
  • ou l’attribution d’un prix du sillon supportable.

Des marges reconstituées

Présent dans l’assemblée, François Poupard, directeur de la DGITM, est revenu sur un certain nombre de dossiers actuellement entre les mains de la ministre, notamment celui de l’écotaxe. "Le report sine die de cette taxe n’était pas un nouveau coup dur aux modes alternatifs puisque la TIPCE a permis de faire la bascule. Aujourd’hui, les entreprises de transport routier ont reconstitué leurs marges et la question se pose de nouveau".

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format