Menu
S'identifier

San Pellegrino roule au bio-méthane dans le sud de l’Allemagne

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 02.03.2021 | Dernière Mise à jour : 02.03.2021

Les bouteilles sont prises en charge par camion depuis la source San Pellegrino vers Milan. Puis, la cargaison est mise à bord de trains pour le trajet entre Milan et Munich

Crédit photo San Pellegrino

Depuis janvier, les bouteilles de San Pellegrino roulent à bord de camions "verts". En effet, pour ses trajets de l’Italie vers l’Allemagne, le chargeur mise dorénavant sur l’intermodal : les cargaisons sont d'abord acheminées par camion depuis la source San Pellegrino vers Milan, puis par train entre Milan et Munich, soit 80 % de la distance totale.  

Lorsqu’elles arrivent en Allemagne, les bouteilles d’eau gazeuse italienne San Pellegrino sont prises en charge par le transporteur Ansorge à la gare de fret de Munich, et conduites par camion vers son centre logistique. Depuis janvier, le transport se fait à bord de camions "verts", électriques ou roulant au bio-méthane. En coulisses, cette initiative s'inscrit dans la stratégie de réduction des émissions de CO2 du groupe Nestlé prévoyant une réduction de ses émissions globalesde moitié d’ici 2030 et une neutralité du point de vue climatique d’ici 2050. Pour San Pellegrino, cet objectif a été fixé à 2022.

Allier les atoûts du rail à ceux des modes alternatifs

Pour ses trajets de l’Italie vers l’Allemagne, San Pellegrino mise donc sur l’intermodal : les bouteilles sont prises en charge par camion depuis la source San Pellegrino vers Milan, puis, la cargaison est mise à bord de trains pour le trajet entre Milan et Munich, qui représente 80 % de la distance totale. Enfin les bouteilles sont de nouveau prises en charge par poids-lourds vers le centre logistique du sud de l’Allemagne.

L’intégralité du trajet est assurée par Ansorge. " Pour ce long trajet à travers les Alpes, nous allions les atouts du rail à ceux des transports alternatifs pour les trajets de proximité", précise Wolfgang Thoma, le patron de Ansorge. Les trajets en camion sont assurés par le véhicule Elias, un camion entièrement électrique de 44 tonnes développé par Ansorge en coopération avec le partenaire technique STW. 

Les derniers kilomètres

Fort de cette expérience, le chargeur ne compte pas s'arrêter là. "Nous voulons nous attaquer aux 20 % du trajet restants, c'est à dire celui reliant la gare de Munich vers le client final, précise Marc Honold, le président de Nestlé Waters pour l’Allemagne et l’Autriche. Dès 2021, nous misons pour cette portion du trajet sur le bio-gaz et l’électrique, pour économiser des émissions de C02. Le train nous permet déjà d’économiser 3 900 tonnes de CO2 par an en moyenne. Nous voulons maintenant"

En Italie, les transports de San Pellegrino entre la source et le centre logistique de Madone sont assurés par le logisticien Koiné, qui a récemment acquis 50 camions au GNL du type Scania R 410, en remplacement de modèles à moteurs diesel anciens. Les nouveaux véhicules doivent permettre d’économiser 500 tonnes de CO2 par an. Une démarche qui n'est pas sans rappeler celle de Nestlé Waters en France qui a remis en service une liaison ferroviaire entre Vergèze (Gard)/Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) pour sa marque Perrier.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format