Menu
S'identifier

Lineas : le nouveau nom d’un survivant du fret ferroviaire, B Logistics

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 27.04.2017

La nouvelle identité visuelle de B Logistics, qui se rebaptise Lineas.

Crédit photo © DR

B Logistics s’appelle désormais Lineas. L’ex branche des chemins de fer belges présente ce changement de nom comme le signe d’un nouvel esprit de conquête, qui doit permettre de ramener les chargeurs vers le fret ferroviaire.

B Logistics aborde avec optimisme l’avenir du fret ferroviaire. Et pour symboliser la fin des années noires, elle a décidé d’adopter un nouveau nom : Lineas. Cette marque concerne toutes les structures, y compris sa filiale française OSR.

"B Logistics laisse derrière elle le poids du département historiquement déficitaire d’une entreprise publique belge. Après la transformation en profondeur de B Logistics, Lineas est devenu l’un des opérateurs ferroviaires privés les plus grands et stables d’un point de vue financier en Europe", se félicite la société dans un communiqué. Son homologue française Fret SNCF est loin de pouvoir en dire autant.

Enlever les camions des routes

Pour Lineas, le changement de dénomination marque aussi une nouvelle ambition : "enlever les camions des routes pour mettre les volumes qu’ils transportent sur le rail", martèle Geert Pauwels, CEO de Lineas.

Pour cela, l’entreprise veut s’appuyer sur son Green Xpress Network. Ce produit, que Lineas définit comme "un réseau de connexions ferroviaires rapides, directes, fréquentes et fiables entre différents carrefours économiques européens", compte aujourd’hui 10 destinations. Et Lineas prévoit de mettre en place 20 à 30 nouvelles liaisons d’ici 2020. À eux seuls, les volumes du port d’Anvers constituent un marché appétissant.

Un personnel déterminé à sauver l'entreprise 

Aujourd’hui conquérante, Lineas revient pourtant de loin. Privatisée en 2015 après avoir déjà bien entamé son redressement, B Logistics a en effet frôlé la faillite. En 2009, elle accuse 115 M€ de pertes d’exploitation. Le déficit se réduit progressivement mais représente quand même un cumul de 248 M€ entre 2009 et 2012. B Logistics repasse dans le vert en 2013 (+3 M€) et progresse chaque année jusqu’à atteindre un EBITDA de 27 M€ en 2016.

Autre source de fierté : B Logistics a "confirmé la croissance enregistrée pour la première fois de son histoire en 2015 en matière de volumes". Elle a ainsi acheminé 31,5 Mt en 2016 contre 29,4 Mt en 2015.

La réussite de cette profonde transformation a été possible notamment grâce à une motivation claire dans l’esprit de l’ensemble du personnel : survivre. Cette motivation va maintenant être utilisée pour appliquer le Modal Shift au transport ferroviaire", annonce Lineas.

Auteur

  • Anne Kerriou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format