Menu
S'identifier

Les cheminots britanniques ont voté pour la grève

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 20.06.2022 | Dernière Mise à jour : 20.06.2022

Le syndicat Rail Delivery Group tente de mettre sur pied un service minimum pour les passagers comme pour les marchandises.

Crédit photo DPA

Les salariés de la compagnie National Rail se sont majoritairement prononcés fin mai pour la grève, à l’appel du syndicat RMT qui entend faire pression sur le gouvernement pour obtenir des hausses de salaires et l’abandon d’un plan d’assainissement prévoyant 2 500 suppressions de postes, A moins d’un accord de dernière minute, la grève devrait démarrer dès demain.

L’économie britannique se prépare à un vaste mouvement de grève des chemins de fer, qui pourraient paralyser l’approvisionnement du pays en denrées alimentaires et en carburants. Le conflit pourrait se faire sentir jusque sur le continent.

Les 40 000 salariés de la compagnie National Rail se sont en effet majoritairement prononcés fin mai pour la grève, à l’appel du syndicat RMT qui entend faire pression sur le gouvernement pour obtenir des hausses de salaires et l’abandon d’un plan d’assainissement prévoyant 2 500 suppressions de postes, notamment dans les services d’organisation du trafic.

Un mouvement étalé sur l'été

Le syndicat dit redouter une recrudescence des accidents, si le gouvernement maintient son projet de suppressions d’emplois et appelle à un mouvement étalé sur l’été. Plusieurs réunions de crise sont déroulées ces dernières semaines entre les représentants des salariés et le ministre des Transports Grant Shapps ainsi qu’avec Boris Johnson et le ministre des Finances Rishi Sunak.

A moins d’un accord de dernière minute, la grève devrait démarrer dans le courant du mois de juin. "Le contribuable a déjà investi des milliards d’euros dans le trafic ferroviaire pendant le covid, rappelle la fédération patronale Rail Delivery Group. Personne ne gagne lorsque le trafic est perturbé. La direction de RMT doit mettre fin à ces incertitudes." Rail Delivery Group tente de mettre sur pied un service minimum pour les passagers comme pour les marchandises. Cette grève coûterait 30 millions de livres (35 millions d’euros) par jour à l’industrie britannique.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format