Menu
S'identifier

Le Port de Bruxelles souhaite conserver son accès au réseau ferroviaire

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 15.01.2020 | Dernière Mise à jour : 15.01.2020

Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire belge, prévoit, en effet, de supprimer d’ici l’été 2021 la ligne actuellement inutilisée menant au Port de Bruxelles.

Crédit photo Port de Bruxelles

Le Port de Bruxelles a engagé une procédure en justice pour acter le maintien de la ligne le reliant au réseau ferroviaire belge. D’autant que cette décision s’inscrit dans la perspective de développement d’un centre logistique multimodal. 

Alors même que son trafic ne cesse d’augmenter (+ 5,2 % à 7,284 millions de tonnes en 2018), le Port de Bruxelles est confronté à un épineux problème au plan de sa multimodalité. Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire belge, prévoit, en effet, de supprimer d’ici l’été 2021 la ligne actuellement inutilisée menant au Port de Bruxelles. Appartenant au Fonds de l’infrastructure ferroviaire, le terrain sur lequel est située la plateforme doit être vendu.

Futur projet de centre logistique multimodal

Pleinement conscient des enjeux environnementaux, le Port de Bruxelles a donc engagé une procédure en référé contre la disparition de cette ligne donnant accès au réseau ferroviaire belge. L’engagement de cette procédure est à mettre en parallèle avec la volonté de la Région de Bruxelles-Capitale et du Port de Bruxelles de développer un centre logistique multimodal. Il rassemblera les transports fluviaux, ferroviaires et routiers sur le terrain que souhaite vendre Infrabel.

Expliquant cette démarche, Philippe Mathis, directeur général adjoint du port de Bruxelles, souligne "qu’il est temps pour nous d’augmenter le transport ferroviaire, beaucoup plus durable. Il y a déjà des projets concrets, une liaison ferroviaire sera bientôt mise en place de Valence vers Bruxelles et le Centre Européen de Fruits et Légumes."

Recherche d’une solution négociée

Infrabel précise, pour sa part, qu’il est contraint selon un arrêté royal datant de 2004 de libérer le terrain de tout matériel ferroviaire. Si tel n’est pas le cas, le gestionnaire s’expose à une amende annuelle de 7 millions d’euros. Pour autant, et s’agissant de la procédure en justice, Infrabel précise qu’il se montrera constructif dans le dossier afin de chercher une solution négociée avec toutes les parties.

En attendant, la voie concernée dénommée 26A sera mise hors service en mai 2020. Infrabel a, toutefois, élaboré d’autres itinéraires pour permettre aux convois de fret de circuler encore jusqu’en juin 2020. Donc, le temps presse pour trouver une solution pérenne garantissant le maintien, voire la modernisation de la desserte ferroviaire.

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format