Menu
S'identifier

Le fret ferroviaire a plongé en 2016

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 19.02.2018 | Dernière Mise à jour : 19.02.2018

Après une augmentation de 5,1 % en 2015, le fret ferroviaire a lourdement chuté en 2016 avec 32,6 milliards de tonnes-km en 2016, (- 4,9 %).

Crédit photo Adobe Stock

Le fret ferroviaire a dévissé en 2016. Une étude du Commissariat général au développement durable fait état d’un volume de 32,6 milliards de tonnes-km sur l’exercice, en baisse de 5 %. Un résultat qu’il attribue au fort recul du transport des produits de l’agriculture.

Dans l'une de ses dernières études, le Commissariat général au développement durable dresse un bilan pessimiste du fret ferroviaire sur l'exercice 2016.  Après une augmentation de 5,1 % en 2015, il a lourdement chuté en 2016 avec 32,6 milliards de tonnes-km en 2016 (- 4,9 %). Une tendance observée tant en national, passé de + 6,1 % en 2015 à - 4,2 % en 2016, qu’à  l’international puisque les cinq années consécutives de progression ont fait place à une chute de 6,2 %.

Passant de 9 Md tonnes-kilomètres en 2015 à 7,5 Md en 2016, le transport combiné a lui aussi dégringolé de 16,6 %. "En moyenne sur les cinq dernières années, il représente le quart de l’ensemble du transport de fret par chemin de fer", souligne l’étude.

Tous les segments concernés

Un scénario qui se vérifie aussi concernant les tonnages transportés, qui ont reculé de 6,7 % en 2016 que ce soit en transport national (- 6,2 % contre + 5,2 % en 2015) ou en transport international (- 7,8 % contre + 5,3 % en 2015).

Mesuré en trains-km, le trafic a également reculé en 2016 par rapport à 2015 (- 2,3 %). En revanche, la distance moyenne des parcours des marchandises augmente en 2016 (366 km après 358 en 2015). Enfin, le tonnage net moyen par train baisse en 2016 (532 tonnes, après 547 tonnes en 2015).

Des évolutions variables

Pour expliquer ces résultats, l’étude pointe un effondrement de 25,6 % du transport de produits de l’agriculture, de la chasse et de la pêche, de 20,1 % des produits alimentaires et de 16,3 % des produits manufacturés.

Trois hausses ont néanmoins été constatées : celle du transport de produits minéraux non métalliques (6,3 %), celle des produits pétroliers raffinés (6,2 %) et celle du transport de marchandises dangereuses (2,4 %).

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format