Menu
S'identifier

La Suisse investit dans les transports combinés

Ferroviaire | publié le : 29.11.2019 | Dernière Mise à jour : 29.11.2019

Il est notamment prévu de verser aux opérateurs du transport combiné non accompagné des contributions d’exploitation plus longtemps que prévu à l’origine.

Crédit photo DR

Le gouvernement suisse veut renforcer le transfert de la route au rail dans le trafic transalpin de marchandises. Pour cela, il vient d’adopter un catalogue de mesures destiné à stimuler le développement du rail.

Le conseil fédéral suisse - le gouvernement suisse- cherchant à renforcer le transfert de la route au rail dans le trafic transalpin de marchandises, vient d’adopter un catalogue de mesures destiné à stimuler le développement du rail.

Il est notamment prévu de verser aux opérateurs du transport combiné non accompagné des contributions d’exploitation plus longtemps que prévu à l’origine, et d’abaisser le prix du sillon. 90 millions de francs suisses (81 millions d'euros) devraient être mis à disposition entre 2024 et 2026 à cet effet.

Un transfert par référendum

Les autorités suisses envisagent par ailleurs d’augmenter les contrôles effectués sur les camions traversant le pays. Rétrospectivement, les Suisses avaient décidé par référendum le transfert du trafic lourd alpin de la route vers le rail. Tous les deux ans, le conseil fédéral informe les deux chambres du parlement de l’avancée de ce transfert, qui doit aussi permettre au pays de réaliser ses objectifs climatiques.

Présentant mi-novembre leur rapport pour 2019, les autorités suisses estiment que les mesures adoptées jusqu’ici ont permis de réduire le nombre de camions sur les routes à 800 000 unités chaque année.

La circulation de longs trains rarement possible

Le rail atteint désormais 71 % de parts de marché dans le trafic marchandises transalpin. Mais ce n’est pas suffisant : l’objectif fixé par la loi est d’un maximum de 650 000 trajets par camions à travers le pays à terme, au lieu de 941 000 fin 2018.

Cet objectif ne pourra être atteint que lorsque les deux tunnels ferroviaires nord-sud, dont les travaux ont pris du retard, notamment côté allemand, seront achevés. Dans l’état actuel des infrastructures, les retards sont nombreux, et la circulation de trains de 740 mètres rarement possible alors qu'ils permettent de mieux exploiter la capacité de l’infrastructure. 

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format