Menu
S'identifier

La nouvelle plateforme d'Ambronay se positionne en Auvergne-Rhône-Alpes

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 09.05.2019 | Dernière Mise à jour : 09.05.2019

Un convoi fret passe à proximité de la future plateforme multimodale d'Ambronay.

Crédit photo OC

Une nouvelle plateforme multimodale rail/route deviendra opérationnelle à la fin de l’année 2019 à Ambronay. Elle complétera les installations déjà existantes en Auvergne-Rhône-Alpes. 
 

Alors que des voix se sont élevées pour réclamer des plateformes multimodales "au bon endroit", ce souhait semble avoir été entendu du côté d’Ambronay, dans l’Ain. C’est, en effet, sur l’emplacement d’une ancienne friche militaire de 32 hectares que la Société Bressane de Stockage et de Chargement (SBC) développe actuellement un projet de plateforme logistique de.. 32 hectares. 

Un positionnement de choix

L’un des éléments phares de cette nouvelle infrastructure directement embranchée à la ligne ferroviaire Dijon-Ambérieu-Modane sera représenté par la future plateforme multimodale rail/route d’Ambronay.

Sa construction est en cours. Elle comprendra deux voies de 700 mètres de longueur. Extensibles à 1 000 m le moment venu, ces voies admettant une charge de 22,5 tonnes à l’essieu présenteront l’avantage d’être électrifiées en 25 000 volts.

Idéalement située

La plateforme sera mise en service et exploitée par la société spécialement créée à cette fin : Enrebatté. Evoquée en avant-première lors de la SITL 2019 à Paris, la nouvelle plateforme suscite d’ores et déjà un très vif intérêt. Elle est, en effet, idéalement placée à la croisée des axes ferroviaires Dijon-Ambérieu-Modane et au-delà vers l’Italie et Lyon-Ambérieu-Genève. Elle est également implantée à proximité immédiate de plusieurs autoroutes dont l’A42 (Lyon-Bourg-en-Bresse). 

Premiers trains fin 2019 

En coulisses, des logisticiens/opérateurs de transport combiné, des entreprises ferroviaires ainsi que des gros chargeurs ont démarré des discussions avec la société Enrebatté pour, potentiellement, débuter la desserte de la nouvelle plateforme à partir de décembre 2019.

L’exploitation pourrait débuter avec un aller-retour quotidien, l’infrastructure étant en mesure de traiter, à terme, deux à trois trains combinés quotidiens dans chaque sens de jour comme de nuit. 
Les premières relations ainsi mises en place pourraient privilégier un axe Nord/Sud avec des convois en provenance ou à destination de Fos-sur-Mer, des ports du Bénélux comme Anvers et Gand et du Nord de l’Allemagne.

Vers l'Italie

Dans un second temps, des liaisons vers l’Italie pourraient également être mises en place. La nouvelle plateforme pourrait, ainsi, s’inscrire comme le parfait complément des plateformes existantes comme celle d’Aiton (Autoroute Ferroviaire). 


Nul doute que les promoteurs du projet sauront également insister sur l’importance de deux autres éléments clés. Le premier a trait à l’emplacement de la plateforme. Elle sera directement située sur le futur contournement ferroviaire de Lyon. Surtout, et pour ce qui concerne un élément de différenciation fort du futur chantier rail/route, il comportera la possibilité de stocker des conteneurs sur plusieurs hectares. 

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format