Menu
S'identifier

L'Allemagne présente un plan de relance du fret ferroviaire

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 29.06.2017

La baisse du prix des sillons est l'une des mesures phares du plan de relance du fret ferroviaire décidé en Allemagne.

Crédit photo Deutsche Bahn AG / Jochen Schmidt

Le ministre allemand des transports, Alexander Dobrindt (CSU), a présenté le 23 juin son plan directeur pour le rail. Il entend baisser les prix des sillons de fret et optimiser les flux.

Relancer le fret ferroviaire en Allemagne : c’est l’objectif du plan directeur présenté le 23 juin par le ministre allemand des transports, Alexander Dobrindt ("Masterplan Schienengütervekehr"). Il était temps : le transport de marchandises par rail n’a cessé de perdre des parts de marché outre-Rhin pour s’établir à 18% en 2016, contre plus de 70% pour la route. Et DB Cargo, la filiale fret de la Deutsche Bahn, reste en déficit, même si celui-ci s'est significativement réduit entre 2015 et 2016.

350 M€ pour baisser le prix des sillons

L’une de ses mesures phares sera de faire baisser "sensiblement" le prix des sillons de fret. À partir de 2018, l’état fédéral y consacrera la somme de 350 millions d’euros. Concrètement, il est prévu de mettre cette somme à la disposition de la filiale réseau de la DB, DB Netz, pour prendre en charge à hauteur de 47% les coûts d’utilisation du rail payés par les entreprises de transports, "conformément à la marge de manœuvre prévue dans le droit européen", précise le rapport.

Ces fonds, alloués donc par le Bund sur une période déterminée, doivent permettre de financer un management plus efficace des infrastructures mais la procédure à venir reste floue : "nous ne sommes pas encore entrés dans les détails pratiques, reconnaît-on au ministère des Transports. Mais cette mesure, qui va profiter à tous les acteurs du fret ferroviaire, vise à favoriser les investissements de tous dans la modernisation et l’innovation".

Baisser la pression fiscale

Autre direction de travail définie dans le "Masterplan" d’Alexander Dobrindt : faire baisser taxes et pression fiscale pesant sur le fret ferroviaire. Car s’il constitue un moyen de transport plus écologique que la route, il doit faire face à des prix de l’électricité particulièrement élevés en Allemagne en raison du système de subvention des énergies renouvelables. Le gouvernement allemand s’engage donc à faire des efforts "au moins au niveau national" pour remettre la pression fiscale pesant sur le rail allemand au niveau de ses voisins européens.

Favoriser les trains longs et le transport combiné

Alexander Dobrindt veut par ailleurs lancer l’offensive sur le développement des capacités logistiques. Au programme : un meilleur aménagement des quais pour faciliter le recours aux trains longs (740 m), une réflexion lancée sur la mise en service de convois de 1000 m, l’accent mis sur le déploiement des systèmes ETCS, le développement de l’automatisation et de la numérisation sur les six nœuds ferroviaires (Hambourg, Cologne, Francfort, Hanovre, Munich et Ludwigshafen/Manheim/Heidelberg) pour fluidifier les flux. Un projet pilote, lancé cet été, prévoit ainsi d’automatiser les placements et les formations de convois sur la gare de triage de Munich Nord.

Enfin, des mesures seront prises pour favoriser le transport combiné, avec plus de voies séparées et de places de parking réservées aux camions concernés, qui pourraient à terme être dispensés de la fameuse "Maut".

Le conservateur bavarois Alexander Dobrindt (CSU) a souvent été critiqué par le passé pour avoir négligé le fret ferroviaire au profit de la route. À trois mois des élections, il cherche donc à reprendre l’offensive. Il faut dire que, selon les prévisions, le transport de marchandises en Allemagne doit augmenter d’environ 40% d’ici à 2030, par rapport à 2010. Donner un coup d’accélérateur au fret ferroviaire aiderait par ailleurs à mieux respecter les normes européennes sur les émissions polluantes.

Un plan bien accueilli par les fédérations professionnelles

Les organisations professionnelles ont accueilli favorablement le nouveau schéma directeur pour le fret ferroviaire. "Une orientation importante pour l’avenir du rail", estime ainsi la fédération allemande de la logistique et des transports (DSLV) qui précise : "reste à savoir comment et quand elle sera mise en place".

"C’est un document stratégique important pour réduire la distorsion de concurrence avec le transport routier, commente logiquement le président de l’association "Allianz pro Schiene" (Alliance pour le rail). Mais ce plan aurait déjà pu être mis en place il y a trois ans, dommage qu’il n’intervienne qu’à la fin de la législature".

Les élections générales du 24 septembre en Allemagne risquent-elles de le remettre en cause ? "Peu vraisemblable, répond Clemenz Bochynek, qui dirige la société d’étude sur le transport combiné (Studien Geseelschaft für den Kombinierten Verkehr), car ce shéma directeur a été conçu en concertation avec les acteurs du secteur. Le remettre en question ferait beaucoup de vagues".

Auteur

  • Blandine Milcent

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format