Menu
S'identifier

Geert Pauwels, Lineas : "Nous devons être meilleurs que les camions"

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 09.04.2018 | Dernière Mise à jour : 09.04.2018

"Le transport va augmenter de 30 % d’ici 2030. Si l’on ne fait rien, nous serons tous bloqués. Les Etats membres doivent lancer des actions pour encourager le fret ferroviaire et changer l’image du rail", annonce Geert Pauwelt, président de Lineas.

Crédit photo Wim Kempenaers

Il est l’homme fort du fret ferroviaire belge. Geert Pauwels, président de Lineas a redressé une entreprise au bord de la faillite, filialisée à la SNCB et aujourd’hui entièrement privatisée. Le dirigeant nous livre son regard sur le secteur et partage ses méthodes de gestion.  

L’Officiel des Transporteurs : Lineas vient d’étoffer son offre Green press Network (GXN) en France, avec la liaison Lyon-Anvers. Les débuts risquent d’être perturbés avec une grève dure qui s’annonce à la SNCF ?

Geert Pauwels : Cette ligne a démarré depuis janvier avec notre partenaire Europorte. On commence avec 2, puis 3 allers-retours par semaine, avec surtout des produits chimiques en conventionnel. En avril, nous ajouterons du combiné et passerons à 4 puis 5 trains/semaine. Grâce à notre réseau, nous faisons aussi le lien avec Rotterdam et Cologne et pouvons envisager Lyon/Suède ou Lyon/Pologne, aussi dans les deux sens. Nous avons développé l’offre Green press Network pour répondre mieux aux besoins des clients. Avec le GXN, on obtient la qualité d’un train de combiné, mais avec une offre de wagon isolé et même de trains mixtes. Nous prenons un risque au début car les trains ne sont pas remplis, mais les volumes augmentent. Notre chiffre d’affaires est en croissance après toutes ces années de restructuration ! On verra pour les grèves, nous nous adapterons.

L’O.T. : Justement, l’adaptation, c’est ce que le gouvernement français souhaite avec sa réforme de la SNCF, avant l’ouverture à la concurrence. Celle du fret n’a pas permis d’augmenter les volumes ni encourager le report modal, quel regard portez-vous sur le système français ?

G.P. : Je pense que la France va arriver aussi à un moment d’urgence, où il faudra changer la façon de travailler. Tout le monde, et même les syndicats, devra accepter, car la pression monte. Le problème du report modal existe dans d’autres pays d’Europe. Seules la Suisse et l’Autriche se montrent volontaristes et l’Allemagne commence. J’en ai récemment discuté avec Sylvie Charles (Dg du pôle Transport Ferroviaire et Multimodal de Marchandises du groupe SNCF) et la Commissaire européenne Violeta Bulc, pour créer une mesure afin de favoriser la mobilité car il y a le problème du climat mais aussi du nombre de camions croissant sur les routes. Le transport va augmenter de 30 % d’ici 2030. Si l’on ne fait rien, nous serons tous bloqués. Les Etats membres doivent lancer des actions pour encourager le fret ferroviaire et changer l’image du rail.

L’O.T. : En Belgique, vous avez privatisé l’entreprise de fret ferroviaire, désormais rentable. Pourtant, elle était quasi en faillite et a connu une crise profonde. C’est donc possible de réussir une transformation ?

G.P. : J’ai pris la tête de B Cargo en 2008, la division fret de la SNCB, qui perdait environ 160 M€ par an sur un chiffre d’affaires de 340 M€. Pour trouver le chemin de la rentabilité, il fallait transformer en profondeur l’entreprise mais en plusieurs étapes. La situation financière, mais pas seulement, était épouvantable. Nous n’étions pas du tout concurrentiels, l’organisation restait désastreuse, la qualité de service insuffisante… Comme c’était une division de la SNCB, personne n’avait de vision globale de l’activité fret. La gestion était mauvaise alors que le marché se portait bien. Le tonnage s’élevait à l’époque à 55 000 t en Belgique, contre 40 000 aujourd’hui. Le process ne convenait pas : le client n’était pas pris en compte, la traction s’effectuait ailleurs et les conducteurs appartenaient à une autre division ! Les chiffres et la gestion restaient dilués dans la SNCB. Personne n’avait pris le sujet en main et c’est à ce moment-là que nous avons commencé la restructuration.

L’O.T. : Quels changements avez dû opérer ?

G.P. : Il y avait trois choses fondamentales à changer : le niveau de dette, le statut du personnel et la gouvernance. Avec la filialisation, nous avons pu nous débarrasser de la dette, qui représentait quelques centaines de millions d’euros. La SNCB l’a reprise sous plusieurs conditions, notamment le changement de gouvernance. On a sorti les activités de fret dans une entité séparée avec une structure privée (équivalent à VFLI en France, NDLR). Nous pouvions recruter des contractuels, cela faisait partie des accords avec les syndicats. La commission européenne a dit à ce moment-là qu’elle ne pouvait plus subventionner l’activité fret avec l’argent du transport de voyageurs. Elle nous a obligés à prendre des décisions. Nous avons donc utilisé cet argument pour expliquer la nécessité de cette énorme réforme. Nous ne pouvions pas survivre autrement. À mon avis, on aurait dû le faire partout en Europe. En Belgique, les administrateurs, le personnel, tous nous ont suivi dans le chemin de la réforme.

L’O.T : Le volet social paraît insurmontable en France, pourtant vous êtes parvenus à un véritable accord social ?

G.P. : Oui, nous avions des experts en ferroviaire mais pas en management, donc il a fallu recruter des personnes compétentes en management, or recruter au moment où il y a un surplus de personnel, ce n’est pas évident. Nous nous sommes adressés directement aux salariés en disant la vérité, en expliquant la situation. Cela a mis du temps, même s’ils ne m’appréciaient pas forcément, ils ont compris qu’il s’agissait de sauver l’activité et ont soutenu cette restructuration. Il a fallu réduire les effectifs de 5 000 à 2 000 personnes. Pour cela, nous avons commencé par diminuer le besoin mais sans changer la façon opérationnelle de travailler, c’était impossible. Nous avons profité du fait que la SNCB était en cours de recrutement de personnels statutaires afin de ne pas recourir à un plan social. Du personnel de l’activité fret a été transféré vers le voyageur. En 2012, il ne restait plus que 2 000 personnes, dont 1 000 au statut de contractuel. Nous n’avons pas touché au socle social ni aux conditions de travail au début.

L’O.T : Comment s’est passé le transfert des cheminots dans l’entité ?
G.P. :
Chaque cheminot de la SNCB a dû faire le choix de venir – ou non – travailler au sein de notre entité fret, mais aux conditions de travail du privé : renoncer à +/- 25 jours de congés, accepter plus de flexibilité/mobilité et avoir une voiture de fonction pour les conducteurs. Le salaire journalier n’a pas été modifié, mais comme ils travaillaient davantage, ils gagnaient plus. Je suis moi-même allé présenter le projet aux conducteurs le week-end, partout dans le pays. Nous avons organisé des road shows partout afin de communiquer sur le pourquoi et la nécessité de la transformation.

L’O.T. : L’entreprise a été privatisée à 100 % en 2015 avec un investisseur français devenu majoritaire. Considérez-vous que Lineas est complètement sauvée ?

G.P. : Nous continuons à aller dans la bonne direction. En Belgique, 8 % du fret passent sur le train et 80 % sur le camion, donc le train perd alors qu’il y a 2 siècles, tout était sur les rails. Il faut rendre le ferroviaire de nouveau attractif et concurrentiel pour que les clients choisissent ce mode. Nous n’allons pas nous battre contre les autres entreprises ferroviaires. Notre premier concurrent reste le camion. Nous devons être meilleurs que les camions. C’est ce qui nous permettra de vraiment encourager le report modal. Notre mission consiste à proposer des produits tellement bons que nos clients choisiront le train pour leurs besoins mais aussi pour la réduction de la pollution.

Auteur

  • Carine Sai

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format