Menu
S'identifier

Gaussin destine ses véhicules autonomes au fret d'HyperloopTT

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 06.11.2019 | Dernière Mise à jour : 06.11.2019

Ces engins AIV – pour Automotive Intelligent Vehicle – auront pour fonction d’acheminer des conteneurs depuis la zone de stockage d’un port jusqu’au système de capsules HyperloopTT.

Crédit photo DR

Afin d’accélérer le chargement de ses futures capsules de fret, censées filer à la vitesse du son, l’entreprise HyperloopTT vient de faire alliance avec le Français Gaussin pour utiliser ses engins autonomes de chargement de conteneurs.

Hyperloop TT vient de faire alliance avec le Français Gaussin pour faciliter le chargement de fret à bord de ses capsules hypersoniques, du moins lorsque cette technologie sera opérationnelle. Gaussin s’est en effet engagé le 30 octobre 2019 pour la fourniture de véhicules électriques et autonomes appelés AIV HyperloopTT. Ces engins AIV – pour Automotive Intelligent Vehicle – auront pour fonction d’acheminer des conteneurs depuis la zone de stockage d’un port jusqu’au système de capsules HyperloopTT. Les capsules seront ensuite insérées dans un tube à sustentation magnétique où elles sont censées filer à 1 ​​​​​​​200 ​​​​​​​km/h. "L'intérêt d'amener Hyperloop dans les ports et les systèmes de fret surchargés du monde entier est très élevé. Grâce à sa rapidité, ses avantages économiques et sa faible empreinte carbone, Hyperloop est en train de devenir le nouveau standard des solutions de transport du 21e siècle. Avec un leader mondial de l'industrie comme Gaussin, une pièce de puzzle majeure pour les systèmes de fret Hyperloop a été résolue", souligne Andres de Leon, directeur général de HyperloopTT. 

Flux continu

Gaussin a développé l’AIV, un porteur autonome à deux essieux directeurs, pour le transport de conteneurs dans les ports ou pour des applications logistiques rail-route grâce à un module de transfert latéral. "La précision d’accostage avec la capsule et le transfert rapide des conteneurs directement dans la capsule va permettre d’alimenter en continu les capsules, de réduire les temps d’arrêt des trains en station pour maximiser la flexibilité de la solution HyperloopTT et réduire le coût global", souligne-t-on chez l’industriel. 

Première liaison commerciale en 2023

Les tubes à sustentation magnétique sont destinés à propulser des capsules passagers et fret. L’entreprise possède plusieurs centre d’essais et de R&D, dont un en France à Toulouse, où les premiers essais de sa capsule passagers doivent avoir lieu en 2020. Début novembre, Bibop Gresta, président d’HyperloopTT, a indiqué qu’il comptait démarrer une première opération commerciale dans les Émirats, entre Dubaï et Abu Dhabi, avant 2023. Ce projet de 36 ​​​​​​​millions d’euros du kilomètre doit permettre de relier les deux capitales distantes de 150 ​​​​​​​km en 15 ​​​​​​​minutes, à une vitesse de 1 ​​​​​​​000 ​​​​​​​km/h.

 

 

 

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format