Menu
S'identifier

Fret SNCF accélère dans le train fret digital

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 07.02.2018 | Dernière Mise à jour : 08.02.2018

Débutée en octobre 2016 sous forme d’expérimentation, cette opération n’est pas encore validée au plan de la sécurité.

Crédit photo Fret SNCF

Fret SNCF s’engage clairement à transformer le fret par le biais de la digitalisation de ses trains. La prochaine généralisation progressive de l’automatisation des essais de frein en constitue le premier exemple.

C’est une révolution silencieuse mais ô combien déterminante pour l’avenir que Fret SNCF est en train de mettre en place avec son partenaire TRAXƎNS : le train fret digital. "L'enjeu, au travers de cette digitalisation, est de rendre le fret plus efficace. Mais nous avons choisi d’inscrire notre action, non pas par le biais de la technologie, mais bel et bien dans une logique de mise en œuvre de cas d’applications multiples. L’automatisation des essais de frein en constitue la première déclinaison", explique Bertrand Minary, directeur Innovation et Digital de Fret SNCF.

Un bond de compétivité

Débutée en octobre 2016 sous forme d’expérimentation, cette opération n’est pas encore validée au plan de la sécurité. Elle le sera dès que l’EPSF (Etablissement public de sécurité ferroviaire) l’aura homologuée, vraisemblablement au cours du second trimestre 2018. Cette homologation ouvrira la voie à une généralisation progressive de l’automatisation des essais de frein en service commercial. Une première mondiale, selon Fret SNCF.

Cette automatisation va permettre de faire un premier bond au plan de la compétitivité des acheminements de fret par rail. Car l’opération, qui exige encore 45 mn avec deux agents (le conducteur et l’agent au sol), n’en prendra plus qu’une vingtaine demain avec un seul agent. Muni de sa tablette numérique, le conducteur pourra lancer les essais de frein grâce aux boîtiers de connexion radio et capteurs installés de façon non intrusive sur les wagons.

En attendant, l’expérimentation se poursuit en Lorraine entre Dieulouard et Pont-à-Mousson pour le compte de Saint-Gobain PAM. Cinquante-cinq wagons formant une rame complète servant à alimenter une fonderie en matières premières ont été équipés. Le convoi circule à la fois sur les voies du Réseau Ferré National (sur 10 km environ) et sur les voies de l’installation terminale embranchée (ITE) du client.

Nouveaux services de traçabilité

Là ne s’arrêtent pas les avantages de l’innovation numérique à la fois pour Fret SNCF mais aussi et surtout pour les clients chargeurs. Elle touche également de nouveaux services de traçabilité à haute valeur ajoutée tels que :

  • la localisation précise des wagons en temps réel, à tout moment et partout en Europe ;
  • des alertes lors de l’arrivée à certains endroits stratégiques prédéfinis partout en Europe (geofencing) ;
  • l’enregistrement des mouvements, des arrêts et des temps de stationnement.

Ce dernier point est fondamental car il conditionne les passages en maintenance des wagons. Un meilleur suivi des matériels grâce, entre autres, à l’enregistrement des kilométrages parcourus permettra, de fait, d’optimiser les coûts d’entretien des wagons. Il pourrait en résulter une réduction du parc de wagons utilisés liée à une utilisation accrue de ces matériels.

Le millième wagon sera, ainsi, équipé de boîtiers TRAXƎNS ce mois-ci. Le déploiement est rapide puisque l’équipement des wagons a débuté au cours du second semestre 2017. Six mille autres wagons seront dotés de boîtiers du même type d’ici 2019.

Des applications multiples

Les clients ne s’y trompent pas, d’ailleurs, car ils demandent déjà à ce que ces applications soient disponibles pour tout ou partie de leurs besoins, comme la géolocalisation, dans leurs appels d’offres passés actuellement.  

Les prochaines applications sont d’ores et déjà annoncées. L’une d’entre elles concerne la détection des chocs. Elle pourrait devenir opérationnelle à partir de la fin du second trimestre 2018.

Fret SNCF n’a pas, cependant, souhaité communiquer sur le coût de ces nouveaux équipements, ni sur les gains de compétitivité qu’elle souhaite en obtenir grâce à leur mise en œuvre. Elle se contente, simplement, d’indiquer qu’elle est pionnière en Europe dans les trains connectés, les autres chemins de fer européens n’en étant qu’au stade des wagons connectés.

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format