Menu
S'identifier

Fret ferroviaire : le Syndicat ferroviaire du Livradois-Forez veut relancer ses dessertes

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 29.09.2020 | Dernière Mise à jour : 29.09.2020

La gare d'Ambert pourrait revoir passer des trains de fret d'ici à quelques années.

Crédit photo Olivier Constant

Le Syndicat mixte ferroviaire du Livradois-Forez est à l’initiative du lancement, courant 2021, d’une étude pour dynamiser ses dessertes ferroviaires. Son volet fret pourrait en premier lieu aboutir à la mise en marche de trains évacuant les déchets de deux communautés de communes. 

Maintenu à l’écart du Réseau Ferroviaire National (RFN) depuis l’abandon des dessertes fret par l’opérateur historique, le Parc naturel régional Livradois-Forez, situé sur le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire et la Loire, pourrait finalement retrouver cet ancrage en prolongement du lancement d’une étude courant 2021. D’un coût de 70 000 € pris en charge par le Syndicat ferroviaire du Livradois-Forez et avec une participation de l’Ademe (Agence de la transition écologique), cette étude vise à identifier les potentiels fret et voyageurs de cette ligne à voie unique longue de 148 km. Elle sera réalisée avec la participation de Rail Coop. 

Les déchets pour commencer

Pour l’heure, le seul trafic fret de la ligne concerne l’acheminement de bobines de papier entre Giroux et Courpière (Puy-de-Dôme). En croissance ces dernières années, ce trafic porte à présent sur 38 000 tonnes. Il est assuré par l’opérateur privé Combrail. 

À ce trafic limité à une distance de 11 km pourraient donc s’en ajouter d’autres, à commencer par les déchets. Les communautés de communes d’Ambert Livradois-Forez et de Thiers Dore et Montagne (Puy de Dôme) souhaitent en effet s’inscrire dans la transition écologique en confiant le transport de leurs déchets au rail. "Deux points de chargement situés sur le territoire d’Ambert et de Thiers permettraient d’acheminer ces déchets vers le centre de traitement de Clermont-Ferrand. Les tonnages ainsi remis au rail pourraient être compris entre 15 et 20 000 tonnes par an", explique Eric Cournut, directeur adjoint du Parc naturel régional Livradois-Forez.  

D’autres trafics potentiels

Terre de production de bois, le Livradois-Forez pourrait également renouer avec le ferroviaire pour ce type de trafic. D’ailleurs, la majeure partie des scieries qui confiaient auparavant au rail l’acheminement de leur production vers le port de Fos-sur-Mer sont quasiment toutes situées à proximité immédiate de la voie ferrée. 

Enfin, des produits de carrières utilisés, notamment, pour la réparation du réseau routier du territoire, pourraient être également transportés par le rail. 

Projet déjà évoqué depuis plusieurs années, la revitalisation du fret ferroviaire en Livradois-Forez ne devrait cependant pas être effective avant 2024. La seule étude prendra en effet au moins deux à trois ans. Il faudra ensuite effectuer quelques travaux pour remettre totalement à niveau la voie dont l’entretien incombe actuellement au Syndicat ferroviaire du Livradois-Forez. Si ce projet aboutit, il constituera une nouvelle illustration de la capacité des collectivités territoriales à intervenir sur des dossiers de relance du fret ferroviaire.  

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format