Menu
S'identifier

Éric Debrauwere, président de RegioRail : "Nous allons nous renforcer dans l'Ouest et développer les synergies vers le sud"

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 06.06.2017

"Euro Cargo Rail accompagne le repreneur que nous sommes pour assurer la continuité du service. La reprise des activités traction par OuestRail devant intervenir le 1er juillet 2017", Éric Debrauwere, président de RegioRail.

Crédit photo DR

Un mois après l'annonce de la création de OuestRail, le patron de RegioRail revient sur l'impact de cette opération qui contribue à mieux ancrer ce réseau d'opérateurs ferroviaires de proximité (OFP) dans l'ouest de la France.   

Actu-Transport-Logistique.fr : Pourquoi avez vous choisi de vous associer à l'entreprise ferroviaire Millet pour remplacer Euro Cargo Rail (ECR) au capital d'OFP Atlantique ?

Éric Debrauwere : L'entreprise Millet était d'ores et déjà très impliquée dans les transports dans l'ouest de la France. Elle était en effet le principal loueur de wagons céréaliers auprès d'OFP Atlantique. Mais comme elle ne possédait pas de certificat de sécurité, son dirigeant, Philippe Millet, s'est alors rapproché de nous afin d'envisager la mise en place d'un partenariat. Lequel a abouti à la création de OuestRail, une société au capital d'un million d'euros dont chacun des partenaires détient 50 %. Je précise en outre que la reprise de la part de 24,9 % que détient ECR au sein du capital d'OFP Atlantique et qu'il abandonne pour des raisons stratégiques est en discussion. Une décision pourrait intervenir dans le courant du second semestre 2017. 


ATL : Quels moyens allez-vous mettre en œuvre en locomotives et en hommes ? 

E.D. : Euro Cargo Rail accompagne le repreneur que nous sommes pour assurer la continuité du service. La reprise des activités traction par OuestRail devant intervenir le 1er juillet 2017. Nous allons donc récupérer une partie du personnel affecté à cette tâche. Sur les 50 personnes au total qui devaient faire partie du plan social d'ECR, nous avons notamment 29 conducteurs et 17 agents au sol. En sus de la reprise de ce personnel, nous allons former quatre ou cinq agents au sol supplémentaires au cours du second semestre 2017. S'agissant des locomotives, nous avons conclu un accord avec Euro Cargo Rail pour la location de 11 locomotives Diesel de forte puissance Class 66 et de une à deux locomotives Diesel de type G 1000. Des besoins supplémentaires pourraient être couverts par tout ou partie des quatre locomotives Diesel neuves de type Vossloh DE 18 que Millet vient d'acquérir et qui seront, ensuite, louées à RegioRail. 


ATL  : Quels objectifs vous ont été assignés par les Grands Ports Maritimes de La Rochelle et de Nantes-Saint-Nazaire ?

E.D. : Ils sont strictement similaires à ceux assignés à Euro Cargo Rail. Notre stratégie est totalement en conformité avec la volonté exprimée par les Grands Ports Maritimes (GPM) de La Rochelle et de Nantes-Saint-Nazaire, à savoir favoriser le développement du mode ferroviaire pour leurs réceptions et expéditions. Au-delà de la reconduction des mêmes objectifs, il y a également la volonté que la transition entre Euro Cargo Rail et OuestRail se déroule de manière transparente pour les clients finaux tels que Cargill et Soufflet.    


ATL : Vous vous renforcez ainsi sur l'ouest de la France 

E.D. : Effectivement, RegioRail était déjà présent dans l'ouest de la France avec trois fréquences hebdomadaires de trains combinés au départ de la plate-forme de Niort vers Marseille. Des synergies vont donc pouvoir être mises en œuvre vers le sud, dans la zone de Toulouse ainsi que dans celle du Centre. Les équipes de OuestRail seront ainsi en mesure de faire des trains pour le compte de RegioRail et inversement. Je précise encore que nous n'envisageons pas d'autres opérations de reprise de prestations traction sur la façade Atlantique (Eurocargorail détient toujours 24,9 % du capital d'OFP Sud-Ouest basé à Bayonne - NDLR). 


ATL : Quid des autres développements de RegioRail ?

E.D. : Nous axons actuellement nos efforts sur deux démarrages. Celui de la navette ferroviaire de l'hôtel logistique de Chapelle International qui interviendra en octobre/novembre de cette année. Le calendrier de cette opération est parfaitement respecté. Celui ensuite d'un transport de céréales entre la zone de Dijon et Marseille. Ce nouveau trafic débutera en juillet 2017. Pour autant, et même si l'activité est bien orientée depuis le début de l'année 2017, le transport ferroviaire continue de souffrir d'un manque de compétitivité qui s'est encore accru en raison de deux nouveaux éléments : l'augmentation de la charge à l'essieu pour les camions qui n'a pas été taxée et la hausse de nos charges sociales de 9 à 10 % liée à l'application de la convention collective. Nous déplorons, en outre, l'augmentation régulière du coût des sillons. Il conviendrait donc que les politiques entendent nos difficultés et que des mesures d'accompagnement soient prises pour que le transport ferroviaire puisse se développer. 

Auteur

  • Olivier Constant  

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format