Menu
S'identifier

Brittany Ferries se lance dans le ferroutage

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 17.02.2020 | Dernière Mise à jour : 17.02.2020

Une tonne de CO2 et 1 000 € d'externalités négatives seront épargnés par semi-remorque transférée.

Crédit photo OC

Brittany Ferries, associé à Ports de Normandie, mettra en place un nouveau service intermodal à compter du printemps 2021. Il pourrait être étendu à d’autres liaisons à l’avenir. 

Signe peut-être d’un mouvement qui prendra de l’ampleur par la suite, Brittany Ferries a fait le choix du train à partir d’avril 2021. Cette date coïncidera, en effet, avec l’ouverture du nouveau terminal multimodal de Cherbourg et la mise en service de la nouvelle liaison intermodale Cherbourg-Mouguerre, près de Bayonne.

Capter des flux supplémentaires

Expliquant ce nouveau projet qui fera appel à la technologie Lohr, Jean-Marc Roué, président du Conseil de surveillance de Brittany Ferries souligne que "le Brexit est consommé, le besoin de renforcer les échanges Nord-Sud s’impose. Relier l’Espagne au Royaume-Uni et l’île d’Irlande en associant la route, le rail et le transport maritime s’inscrit dans la transition énergétique et responsable de notre entreprise". Avant d’ajouter que "Ouistreham est et restera le port numéro un du fret pour le transmanche pour Brittany Ferries. L’objectif est bien de capter des flux supplémentaires."

Le nouveau service sera quotidien, le temps de parcours étant de 14 h 39 dans le sens de la descente et de 16 h 45 à la remontée. Chaque train sera constitué de 22 wagons transportant 42 remorques préhensibles et non préhensibles non accompagnées. Mais l’objectif vise aussi à couvrir le marché des caisses mobiles et des conteneurs. Ce sont, ainsi, 20 à 25 000 Unités de Transport Intermodales (UTI) qui pourraient être transportées en année pleine. De nouvelles perspectives de développement pourraient, en outre, s’ouvrir vers la Méditerranée dans le cadre de l’appel à projet relatif au développement d’une plateforme de ferroutage sur le port de Sète. En attendant, ce sont des investissements conséquents qui vont devoir être réalisés.

Investissements conséquents

Selon l’armateur, ce sont plus de 30 millions d’euros (M€) qui serviront à l’acquisition des wagons Lohr et à la construction du terminal intermodal de Mouguerre. Il sollicite, dès maintenant, des dispositifs d’aide à l’investissement. Ports de Normandie va, pour sa part, investir 7 M€ financés par la Région Normandie, le département de la Manche, la Communauté d’Agglomération du Cotentin et l’Europe dans la construction d’un terminal intermodal. Implanté à proximité immédiate des rouliers utilisés par les services ferry transmanche et Irlande, ce terminal deviendra opérationnel en avril 2021.

À ces investissements, il faudra ajouter les 6 M€ prévus dans le cadre du Contrat Plan Etat Région (CPER) pour la réalisation de travaux d’urgence à mener entre Niort et Saintes en 2021. Car c’est cette section qui accueillera la nouvelle desserte longue de 950 km dans un premier temps. L’emprunt de la ligne électrifiée Tours-Bordeaux ne pourra intervenir qu’à partir de 2024 et ce à vitesse réduite. Cette situation devrait perdurer jusqu’en 2028 date à laquelle la ligne aura été mise au gabarit autoroute ferroviaire.  

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format