Menu
S'identifier

Saut à la ligne (de commandes)

Éditorial | publié le : 01.06.2021 | Dernière Mise à jour : 02.06.2021

Image

Saut à la ligne (de commandes)

Crédit photo Jean-Luc Rognon

La pandémie de Covid-19 marquera l’Histoire à plus d’un titre. Des millions de morts, des secteurs économiques en berne, des dettes abyssales. Mais sociologiquement, cette crise sanitaire et ses conséquences confinementesques ont également entraîné des changements profonds dans nos habitudes, qui ont de grandes chances de s’inscrire dans la durée. Dans les entreprises, c’est notamment un recours plus fréquent au télétravail ou la diminution de la cote d’amour des déplacements professionnels au profit des visioconférences. Chez les particuliers, c’est avant tout un appétit grandissant pour les achats en ligne tous azimuts : livraison à domicile, click-and-collect (Le Petit Larousse conseille désormais le terme de « cliqué-retiré ») ou drive. Oui, c’est un fait, l’e-commerce dans son ensemble a changé de braquet depuis le printemps 2020.

Du côté des prestataires logistiques, une telle envolée de l’e-commerce n’est pas sans conséquences. C’est le fil rouge que nous avons choisi cette année pour le dossier « Pour vos appels d’offres » qui accompagne notre classement annuel du Top 130 des 3PL (Third Party Logistics Providers). Sur le court terme, il leur a fallu trouver très rapidement les moyens humains et techniques pour faire face à ces bouleversements des flux logistiques, notamment dans les entrepôts hybrides des distributeurs qui préparent les commandes à la fois pour les magasins et le B to C. Un effet d’accélération que l’on retrouve également dans la conduite des projets et les réponses aux appels d’offres. Sur le plus long terme, ce saut quantique du commerce en ligne fait considérablement évoluer leur métier, leurs compétences (notamment en matière d’automatisation) et leurs offres. À tel point que le paysage des 3PL s’en trouve un peu chahuté : certains pure players de l’e-commerce jusque-là uniquement clients des 3PL se projettent même concurrents dans la prestation e-logistique (à l’image d’un Cdiscount, voir page 10).

N’oublions pas que si cette pandémie a pu donner ce coup de boost à l’e-commerce et à l’omnicanal, c’est en partie grâce à l’évolution technologique de ces dernières années des systèmes d’information, des solutions d’automatisation, des algorithmes d’optimisation de tournées et de préparation de commandes. Comme vous pourrez le découvrir dans notre enquête du mois, ce sont aussi les progrès de la technologie qui ont permis d’étendre le champ des possibles de la traçabilité, sujet ô combien transverse de la supply chain, et de faire bouger les lignes dans l’entrepôt, sur les flux internationaux, et jusqu’au consommateur.

Retour au sommaire

Auteur

  • Jean-Luc Rognon

Image
Supply Chain Magazine I Éditorial

Saut à la ligne (de commandes)

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format