Menu
S'identifier

En bon ordre de marche

Enquête | Logistique hospitalière | publié le : 01.06.2019 | Dernière Mise à jour : 07.06.2019

Image

En bon ordre de marche

Crédit photo Julia Fustier

La décision du GHT Somme Littoral Sud de participer à un programme concernant les achats et la logistique, lancé par la DGOS, a donné lieu au démarrage du projet ambitieux baptisé Alpha. Les organisations logistiques de dix établissements sont passées au peigne fin.

La DGOS (direction générale de l’offre de soins) a sélectionné en novembre 2018 six GHT en France, parmi lesquels celui de Somme Littoral Sud, pour réaliser un diagnostic portant sur les organisations achat et logistique. L’objectif de la DGOS est de rationaliser l’organisation et les processus logistiques au sein du GHT, et de le faire bénéficier de meilleures conditions d’achat grâce à l’optimisation des coûts de distribution des industriels.

C’est dans ce contexte qu’est né le projet Alpha (Audit de la logistique et de la pharmacie hospitalière au service des achats), piloté par la direction achat du GHT (DAGHT) et intégrant de nombreuses parties prenantes au-delà des établissements concernés (Resah, ARS, université d’Artois). Alpha correspond à la volonté de la direction générale du GHT Somme Littoral Sud d’optimiser et d’harmoniser les processus achat et logistique à l’échelle de ses 10 établissements.

La réalisation d’un diagnostic exhaustif

« Nous avons présenté le projet au collège des directeurs en janvier 2019, puis en mars, dans chacun des 10 établissements, aux interlocuteurs des périmètres concernés : pharmacie, magasin, laboratoire, biomédical [équipements médicaux destinés à la prise en charge des patients, ndlr]  », détaille Romain Thorel, ingénieur logistique au CHU Amiens-Picardie et membre (en sa qualité d’expert métier logistique) du comité projet et du comité pilotage d’Alpha.

La première étape du projet ? La réalisation d’un diagnostic logistique complet du GHT : cartographie des organisations, des lieux et des surfaces, des stocks, des flux, des processus, des outils et des ressources. « Cet audit, actuellement en cours, est réalisé par le cabinet du Resah via une analyse quantitative (collecte de données) et qualitative sous forme d’un questionnaire, afin de réaliser une cartographie des organisations, depuis le passage des commandes jusqu’à la distribution (en passant par l’appro, le paiement fournisseur, le stockage, la préparation, etc.) », explique l’ingénieur. Ce diagnostic donnera ensuite lieu à la rédaction d’un rapport d’analyse par le Resah, précisant les bonnes pratiques et des propositions d’amélioration au sein de chaque établissement et à l’échelle du GHT : préconisations de mutualisation et de rationalisation des organisations à l’échelle de tout ou partie des établissements. La restitution de ces résultats et des préconisations aura lieu entre juin et septembre.

Des décisions structurantes à la clé

Ce travail permettra par la suite au comité stratégique d’arbitrer sur les étapes suivantes et les décisions à prendre. Il sera l’occasion d’identifier clairement les éléments à uniformiser, comme les indicateurs, ou ceux à harmoniser côté systèmes d’information (SI). « À ce propos, la partie SI est un élément qui nécessitera un travail minutieux. Aujourd’hui, nous comptons plusieurs logiciels comptables différents et plusieurs logiciels métiers de gestion des stocks au sein du GHT », illustre Romain Thorel.

Plusieurs pistes sont imaginables en matière de préconisations. « Pour l’instant, rien n’est acté, mais on ne s’interdit rien. Il est encore trop tôt pour définir la stratégie des organisations à l’échelle d’un GHT. » Mais pourquoi ne pas imaginer une direction logistique commune au niveau du GHT, avec éventuellement un référant logistique GHT ? Ou même une plateforme logistique commune à l’ensemble des établissements du GHT ? « C’est une solution qui peut être envisagée, mais cela dépendra des préconisations initiales et des études complémentaires qui seront conduites. L’étude des surfaces disponibles peut révéler des solutions alternatives, comme la possibilité de stocker des sous-familles dans un seul établissement qui serait en charge d’approvisionner un certain nombre d’autres établissements limitrophes », répond Romain Thorel.

Il est d’ores et déjà prévu que d’autres sujets viennent enrichir le projet Alpha, ainsi l’optimisation de la filière de recyclage papier, de la reprographie, des transports (par exemple de prélèvements et sanitaire) ; la rationalisation de l’internalisation et l’externalisation des prestations de laboratoires à l’échelle d’un GHT ; etc. Rendez-vous dans quelques années pour faire le point !

Le GHT Somme Littoral Sud dans les grandes lignes

– Existe depuis le 29 juin 2016

– Les dix établissements constituant le groupement : CHU Amiens-Picardie (support), CHI de la baie de Somme, CH d’Albert, CH de Doullens, CH d’Abbeville, CH de Corbie, CH de Montdidier-Roye, CH Philippe Pinel, CH de Montreuil, CH d’Hesdin

– 630 000 habitants

– 5 376 lits et places

– Implique 11 000 professionnels

Retour au sommaire

Auteur

  • Julia Fustier

Supply Chain Magazine I Enquête

La refonte des GHT impacte la logistique

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format