Menu
S'identifier

Interview : Jean-Marc Viallatte, vice-president supply chain group chez Arkema

« La disponibilité des ressources sur la partie transport est un sujet critique »

Tendance | Gestion des risques | publié le : 01.11.2018 | Dernière Mise à jour : 08.11.2018

Image

« La disponibilité des ressources sur la partie transport est un sujet critique »

Crédit photo Julia Fustier

La supply chain chez Arkema est particulièrement attentive à trois risques : la sécurisation du transport, la pénurie de ressources et les questions réglementaires.

Supply Chain Magazine : De quelle nature sont les risques qui animent le plus votre quotidien ?

Jean-Marc Viallatte : Nous transportons une quantité significative de produits dangereux. Le transport de nos produits exige une vigilance très particulière et de tous les instants. Nous faisons de la sécurité notre priorité. Nous voulons exercer un contrôle maximum sur ces risques dans un objectif de zéro incident. Le deuxième risque est lié aux aspects réglementaires. Les réglementations concernant les produits chimiques changent en permanence. C’est vrai pour le transport ou pour le stockage. Les directives étaient historiquement nationales dans la majorité des cas. Cela présentait déjà une vraie complexité pour nous qui travaillons à l’international. Désormais, nombre d’entre elles deviennent extraterritoriales. Les problématiques douanières se complexifient également davantage depuis quelques mois. Par ailleurs, la disponibilité des ressources sur la partie transport est un autre sujet critique. Nous nous heurtons au quotidien à une problématique de pénurie de main-d’œuvre. Nos prestataires peinent à recruter. C’est le cas non seulement en Europe, mais aussi aux États-Unis. Cette problématique est exacerbée en raison de la nature de nos produits transportés. Ils requièrent une formation spéciale et une réelle qualification. Il s’agit du plus gros challenge des années à venir pour la logistique.

SCM : De quels leviers disposez-vous pour pallier le manque de ressources ?

J.-M. V. : Nous inscrivons nos partenariats avec nos prestataires dans la durée et construisons les solutions supply chain avec eux. Cela nous assure de travailler avec des personnes de confiance formées pour transporter des produits dangereux. Par ailleurs, nous diversifions les moyens en augmentant la part du multimodal, la barge et le rail. Le report vers le ferroviaire est freiné par l’absence d’une offre intégrée au plan européen ; en France la pérennité de l’offre de wagon isolé inquiète le marché.

SCM : Et concernant la sécurisation du transport et les aspects réglementaires ?

J.-M. V. : Au-delà des partenariats à long terme évoqués précédemment, nous utilisons des outils de track & trace, de façon à pouvoir connaître, pour certains produits, leur position à tout moment. Nous nous astreignons à des précautions complémentaires en matière de sécurisation au-delà du cadre légal – déjà très contraignant. S’agissant de l’aspect réglementation, nous disposons d’une veille réglementaire permanente pour anticiper les évolutions. Néanmoins, des changements peuvent intervenir du jour au lendemain dans certains pays. Concernant les règles douanières, le contexte actuel est particulièrement mouvant au gré des tensions géopolitiques. Nous devons anticiper au mieux les changements à venir avec des scénarios prêts à actionner tout en ayant bien conscience qu’un certain nombre d’événements reste imprévisible.

Retour au sommaire

Auteur

  • Julia Fustier

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format