Menu
S'identifier

Le CFA, vers une fin d’attractivité ?

Éditorial | publié le : 20.01.2023 | Dernière Mise à jour : 20.01.2023

À l’heure de la quête d’attractivité du secteur et de manque de main-d’œuvre, la question du maintien du congé de fin d’activité (CFA) revient au cœur des débats. Son sort ne sera a priori pas scellé à travers la réforme des retraites (voir l’OT n° 3139), mais sa disparition n’en est pas pour autant écartée. Plusieurs éléments doivent désormais être pris en compte, à commencer par son financement. La question de la participation financière de l’État au dispositif est toujours en suspens. Les partenaires sociaux restent dans le flou sur ce point alors que le sujet doit faire depuis 2015 l’objet de discussions avec la participation du ministère des Transports pour faire évoluer le dispositif. Par ailleurs, la réforme des retraites actuellement en préparation prévoit un report de l’âge de départ à 64 ans. Se pose donc la question du financement de deux années supplémentaires pour les salariés déjà partis en CFA. Une problématique qui a par le passé déjà mis cet outil en difficulté, en 2013-2014 puis en 2020, avec à la clé des hausses de cotisations pour maintenir les comptes du Fongecfa [Fonds de gestion du congé de fin d’activité de conducteurs routiers de marchandises, de déménagement et des convoyeurs de fonds], l’association qui gère les congés de fin d’activité. L’ensemble des syndicats du transport, mobilisés contre la réforme des retraites, soutient le dispositif, considéré comme un élément attractif pour la profession. Un argument de poids et soutenu aussi par de nombreux transporteurs même si l’absence de CFA pourrait leur apporter jusqu’à cinq ans de répit sur les postes qu’ils peinent à combler.

En 2021, 2 194 conducteurs ont fait valoir leur droit au départ selon le dernier rapport de l’OPTL, un chiffre qui reste constant malgré une pyramide des âges défavorable. Car, depuis quelques années, de nombreux conducteurs qui remplissent les conditions pour partir préfèrent continuer jusqu’à l’âge de la retraite pour cotiser plus longtemps. Dans un contexte inflationniste, cet outil restera-t-il aussi séduisant, alors que les grilles conventionnelles ont, en une année, augmenté de 12 % et que de nouvelles négociations pourraient s’ouvrir en cas de nouvelle hausse du smic en 2023 ?

Retour au sommaire

Auteur

  • Gwenaëlle Ily

L'Officiel des Transporteurs I Éditorial

Le CFA, vers une fin d’attractivité ?

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format