Menu
S'identifier

Éco-transport

Un sujet qui fait débat

Événement | publié le : 21.06.2019 | Dernière Mise à jour : 25.06.2019

L’idée d’une éco-redevance, qui serait appliquée à l’acheteur du transport plutôt qu’au transporteur, fait débat. Elle a surgi dans les échanges autour de la LOM (loi d’orientation des mobilités). Un groupe de députés s’en est emparé en justifiant que cette fiscalité avait des supporters dans le microcosme du TRM. En fait, seule, l’OTRE a manifesté son soutien à cette idée, comme l’explique son secrétaire général Jean-Marc Rivera. FNTR-Unostra et l’Union TLF y sont opposés. Chez les chargeurs, on trouve l’idée vertueuse mais on brandit l’impossibilité de son application, comme l’explique Denis Choumert, le président de l’AUTF (Association des utilisateurs de transport de fret).

À la FNTR, c’est « niet ». Chez TLF, ainsi que le déclarait récemment dans nos colonnes Jean-Pierre Sancier, son vice-président, on estime que l’éco-transport risquerait de « tirer la profession vers le bas ». Florence Berthelot se souvient que cette idée de taxer le bénéficiaire de la marchandise n’est pas nouvelle. Qu’elle était dans l’air du temps en 2003 lorsque les pouvoirs publics ont envisagé la taxation des camions. « Déjà, à l’époque, nous soutenions l’idée de taxer le bénéficiaire de la marchandise avec l’argument selon lequel nous n’étions que des prestataires de services et que ce n’était pas nous qui prenions la décision de mettre les marchandises sur la route », déclare la déléguée générale de la FNTR. Le temps a passé, et l’épisode écotaxe a vécu. Aujourd’hui, la FNTR adopte une position frontale : « Nous considérons qu’il n’est pas dans notre rôle d’organisation patronale de proposer une taxe, qu’elle soit destinée à nous-mêmes ou aux autres. Nous ne varions pas de cette position. Nous estimons que l’État a effectué suffisamment de prélèvements sur la Ticpe pour que l’on crée une fiscalité supplémentaire. Je rappelle qu’en 2017 le mode routier a consommé 49,7 milliards de litres de carburants et qu’il suffirait de prélever 1 centime sur l’existant pour trouver les 500 M€ dont on nous parle pour le financement des infrastructures. » À propos d’infrastructures, la déléguée générale de la FNTR se déclare « troublée » par le changement d’attitude du gouvernement concernant une probable mise en concession de certaines routes nationales, un autre sujet dans l’air du temps. « Il est en train de faire ce qu’il disait qu’il ne ferait pas, à savoir l’adossement. En fait, il joue sur les deux tableaux, de la concession et de la fiscalité ».

Retour au sommaire

Auteur

  • S. B.

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format