Menu
S'identifier

Bruxelles met le camion à l’index

Éditorial | publié le : 22.02.2019 | Dernière Mise à jour : 04.03.2019

« En finir avec les camions polluants. » C’est en ces termes que la Commission européenne a accueilli l’accord (provisoire) conclu le 18 février, entre le Parlement et le Conseil européens. De quoi s’agit-il ? D’un texte qui pose le cadre de normes strictes pour les émissions de CO2 des camions, un peu plus d’un mois après celui fixant les nouvelles normes d’émissions de CO2 applicables aux automobiles et aux camionnettes dans l’Union européenne. L’objectif est le même pour tous les industriels de la mobilité : tendre vers la neutralité climatique dans la seconde moitié du siècle. Et vers une mobilité à émissions nulles. Un ambitieux et noble projet qui devra mobiliser toutes les énergies, notamment celles des politiques. Emmanuel Macron est perçu par les écologistes français comme un dirigeant « mou » en matière de transition écologique, ce qui lui a valu le départ de Nicolas Hulot, son ex-ministre de l’Écologie. Ce sont donc les textes européens qui feront le travail : « La nouvelle législation aidera les États membres à atteindre leurs objectifs en matière de réduction des émissions », peut-on lire dans le communiqué de la Commission européenne. Ce qui s’appelle « se faire prendre par la main verte ». Ainsi, en 2030, les émissions des camions neufs devront être de 30 % inférieures à celles de 2019. Parmi les constructeurs européens, nombreux sont ceux qui – tout en s’engageant, qui sur le gaz, qui sur l’électrique, qui sur les deux sources d’énergie en plus de l’hybride – déclarent prêter encore « un avenir certain au diesel Euro VI++++ ». Il va leur falloir, dès lors, doper à la puissance XXL leurs investissements dans les futures motorisations liées à ce carburant. Les « crânes d’œufs » de Bruxelles ont tout prévu, budgété même, puisque, selon eux, les transporteurs dégageront des gains de consommation de carburant à hauteur de 25 000 euros sur cinq ans. Les constructeurs sont également invités par la Commission européenne à se pencher sur la conception de « camions plus aérodynamiques ». La noble institution va même jusqu’à assurer qu’elle mettra en place « un plan d’action pour les batteries, qui contribuera à créer un écosystème de batteries compétitif et durable en Europe ». Comme si elle avait déjà fait son choix en matière d’énergie alternative… En tout cas, l’accord du 18 février est provisoire. Il doit être approuvé par le Parlement européen et le Conseil. Avant publication au Journal officiel de l’Union européenne

Retour au sommaire

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

L'Officiel des Transporteurs I Éditorial

Bruxelles met le camion à l’index

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format