Menu
S'identifier

Transports et logistique Guillaume Col président France et Maghreb DE kuehne + nagel

« Des efforts payants dans la valorisation de notre marque employeur »

Interview | publié le : 25.01.2019 | Dernière Mise à jour : 29.01.2019

Kuehne+Nagel France est entré de plain-pied dans la digitalisation de son organisation. Le groupe basé en France entretient une politique de recrutement volontariste et payante, selon son président, Guillaume Col. Ce dernier veut élargir le spectre client de Kuehne+Nagel France aux grands comptes. De gros investissements sont programmés pour la rénovation et l’agrandissement du parc immobilier.

L’Officiel des Transporteurs : Comment se porte Kuehne+Nagel au moment où l’entreprise vient tout juste de célébrer ses 50 ans de présence en France ? Pour reprendre une formule célèbre : « Kuehne+Nagel, combien de divisions dans l’Hexagone » ?

Guillaume Col : Le groupe campe sur cinq métiers (messagerie, logistique, transport maritime et aérien, organisation de transport multimodal). Nous employons plus de 11 000 personnes [près de 1,8 Md€ de CA, Ndlr] et nous exploitons près de 140 sites répartis sur l’ensemble du territoire.

Le groupe n’est pas acteur dans le combiné ?

G. C. : Seulement à la marge.

En matière de transport routier, comment évolue votre offre ?

G. C. : Nous restons un acteur solide dans la messagerie domestique de une à trois palettes (notre métier historique : 70 % de l’activité) que nous avons complétée au fil des années par une activité de messagerie internationale, en rapport à notre appartenance au groupe. Nous développons, par ailleurs, de plus en plus une activité de commissionnaire de transport et nous traitons des tournées dédiées pour certains de nos clients.

Nous avons développé une palette de produits que nous appelons « Chain » comme KN ? PharmChain, un axe de développement dans lequel nous investissons beaucoup selon un mode multimétiers et multi-pays dans un format global. Pour chaque pays, on s’assure d’avoir les standards de qualité correspondant au métier de la pharmacie sur l’ensemble de nos métiers.

Comment êtes-vous présents sur la route avec le produit « pharma » ?

G. C. : Sur la route, nous disposons d’un produit qui nous permet de répondre à des problématiques mondiales et multimodales. Nous avons notamment un produit « Secure Chain » qui s’adresse aux marchandises sécurisées, un produit « Battery Chain », comme son nom l’indique pour les batteries automobiles, un autre « Expo and Event » secteur dans lequel nous avons une forte volonté de nous développer… En clair, un certain nombre de verticaux sur lesquels il y a un souhait de muscler nos positions.

Quels sont vos derniers investissements dans le produit « pharma » ? On parle beaucoup du 15 °C-25 °C dans ce secteur…

G. C. : Nous venons d’investir dans une flotte de remorques dédiées, le but étant de disposer de nos propres moyens dans ce secteur.

En matière de messagerie, la politique maison n’est pas au monocolis ?

G. C. : Nous sommes des acteurs de la messagerie palette. En clair, nous traitons tout ce qui peut être posé sur une palette via notre réseau de messagerie.

Le secteur du TRM avance à marche forcée vers la digitalisation de son organisation. Quid de Kuehne+Nagel dans ce domaine ?

G. C. : Nous avons lancé à la fin de l’année 2018 une plateforme unique pour nos clients, que nous avons baptisée « My KN clients », en parallèle d’une plateforme « My KN interne » dont nous disposons et qui est une sorte de réseau social d’entreprise destiné à la communication interne avec l’ensemble de nos salariés. « My KN clients » est une plateforme unique de contact qui permet à nos clients de coter des expéditions, de les réserver et les suivre. Nous avions auparavant plusieurs produits pour répondre à ce besoin. Nous avons agrégé l’ensemble sur une plateforme qui offre un seul point d’accès au client. Cette technologie est reprise dans une application mobile disponible sur tout type de support, et qui permet à nos clients de suivre toutes leurs expéditions, sur l’aérien et le maritime, alors que sur la route, nous peaufinons la mise en place d’une solution de « track and trace » qui permettra de digitaliser notre process jusqu’à la livraison. Notre process papier de suivi de nos expéditions et de lien avec nos clients est en train de se dématérialiser.

Quels sont les bénéfices identifiés par votre groupe dans ce domaine ?

G. C. : Le principal bénéfice recherché est la qualité du service au client et notre capacité à lui apporter des informations en temps réel. Le client doit disposer d’une information immédiate dès lors que vous êtes une plateforme de track and trace, sans devoir attendre le retour du conducteur pour en être informé.

Il s’agit d’investissements colossaux car nous possédons 55 agences route en France, avec plus de 1 500 conducteurs à équiper.

En matière d’informatique embarquée ?

G. C. : Dans ce domaine, l’idée n’est pas d’avoir une solution France mais une solution Kuehne+Nagel, ce qui nous offre une visibilité sur l’ensemble du réseau.

À propos d’investissements, qu’en est-il de ceux consacrés à votre flotte ?

G. C. : Nous possédons une flotte de 2 800 matériels, soit près de 1 500 semis et 1 300 moteurs. Les moyens en propre pèsent près de 50 % de notre chiffre d’affaires. En février dernier, nous avons signé la charte CO2 avec l’Ademe pour laquelle nous avons pris un certain nombre d’engagements en matière de renouvellement de flotte, laquelle est globalement assez récente.

Quels types de relation Kuehne+Nagel entretient-il avec ses sous-traitants ?

G. C. : Nous avons une approche assez long terme avec nos partenaires. Nous attendons d’eux qu’ils apportent à nos clients le même niveau de qualité que la flotte K+N.

Et dans ce contexte de raréfaction des moyens roulants disponibles en raison de la pénurie de conducteurs, y a-t-il une réponse Kuehne+Nagel ? Vous faut-il mettre en place des partenariats « ciblés » avec vos sous-traitants ?

G. C. : Nous sommes engagés sur une politique de fidélisation de nos sous-traitants.

Vous communiquez sur vos recrutements « à succès » de conducteurs. Y aurait-il une recette K+N ?

G. C. : Aujourd’hui, nous recrutons environ 500 CDI par an et nous comptons en moyenne 250 alternants dans l’entreprise. Fin 2018, nous avons lancé une nouvelle plateforme dans le nord de Lyon par laquelle nous avons impulsé le recrutement de 400 personnes. Je pense que les efforts consentis par nos équipes RH sont payants dans la valorisation de notre marque employeur. Début 2018, nous avons été nommés « Top employeur » et nous avons gagné un prix de la marque employeur à la fin de l’année dernière. Bref, de nombreux efforts en interne sont consentis pour le bien-être de nos salariés, notamment de nos conducteurs.

Considérez-vous que vous avez maillé le territoire ?

G. C. : En messagerie, il existe encore des zones à conquérir…

Quelles sont les ambitions K+N dans le ? B2C ?

G. C. : Nous avons pris position sur ce marché qui change considérablement la manière de « faire le business ». Nous sommes bien engagés auprès de grands noms du e-commerce en messagerie et en logistique. Le travail du transporteur est d’accompagner son client dans la promesse de livraison que celui-ci a faite à son client. Il y a un vrai changement d’état d’esprit qui impose une évolution des process chez les transporteurs-logisticiens.

Quels sont les chantiers engagés chez K+N France ?

G. C. : Nous avons l’ambition de nous muscler sur le segment des salons et des événements. K+N possède aujourd’hui une typologie de clients composée de PME. Nous voulons développer en parallèle la clientèle grands groupes pour laquelle nous venons de nous doter d’une force de vente, les key account managers. Nous commençons à rencontrer déjà un certain succès. Outre le renouvellement de notre flotte, nous avons des chantiers immobiliers dans certaines de nos agences que nous devons hisser au niveau de nos nouveaux besoins. Nous devons mener ce chantier avec mesure et commencer par les agences saturées. Il s’agit d’un gros investissement pour les prochaines années.

L’essentiel k+n France

• Transport routier : 2 750 moteurs en propre, 3 900 remorques en Europe, plus de 700 lignes régulières en Europe. Cet hiver, 35 nouvelles remorques « pharmaceutiques » pour renforcer le transport terrestre routier KNPharmaChain.

• 16 000 clients en France : des services de transport aérien, maritime, de logistique contractuelle, de transport terrestre et de logistique intégrée (4 PL). Kuehne+Nagel est le numéro un mondial du transport maritime, et le deuxième transporteur mondial en aérien. Le groupe appartient au Top 3 européen du transport routier.

• 11 000 collaborateurs en France (monde : 79 000 collaborateurs, CA de 18 milliards CHF).

• 140 sites sur le territoire français.

• 1 500 000 m2 de surface de stockage logistique.

Retour au sommaire

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format