Menu
S'identifier

Une question d’équilibre

Logistiques Magazine | Éditorial | publié le : 01.03.2005

Du producteur au consommateur final, en passant par le distributeur, toute la filière est mobilisée. Dans cinq mois exactement, entrera en vigueur la directive européenne relative aux déchets d’équipements électriques et électroniques. Après les emballages ménagers, les piles et batteries, puis les pneus usagés, c’est donc au tour des réfrigérateurs, téléviseurs et autres ordinateurs classés hors d’usage de faire l’objet de récupération obligatoire et de recyclage. Si certains acteurs ont anticipé les textes officiels, la majorité des intervenants doit faire vite car les nouvelles obligations sont claires. Les metteurs sur le marché devront en effet attester au 30 décembre 2006 qu’ils ont atteint 80 % de taux de valorisation pour le gros électroménager, 70 % pour le petit électroménager, et 75 % pour l’électronique grand public. La chasse à la pollution est devenue urgente. En fait, ce qui se passe dans le secteur des produits électriques et électroniques n’est que la démonstration partielle d’un vaste programme environnemental, véritable plan ORSEC déclenché par les politiques à l’échelle planétaire sous la bannière de l’écologie et du développement durable. La période actuelle est d’ailleurs considérée par les experts comme "historique", le 16 février marquant l’entrée en vigueur du protocole de Kyoto et le 28 février officialisant l’adoption de la charte de l’environnement par le Parlement européen lors du congrès de Versailles.

Nouveaux textes, nouvelles résolutions… C’est dans ce climat d’engagements politiques et d’encadrement législatif que l’industrie, le commerce et les services se trouvent mobilisés pour trouver des solutions écologiquement acceptables. Véhicules propres, diminution du CO2, bâtiments économes… les projets sont lancés. À l’intérieur de l’entreprise, chaque acteur est mis à contribution, la production, le marketing, et bien sûr la logistique. Et dans ce domaine, les initiatives ne manquent pas, comme on a pu le constater dans le cadre de notre enquête mensuelle. Certains ont une longueur d’avance, comme 3M ou Darty. D’autres sont carrément précurseurs tels Braun, Electrolux, Sony et Hewlett-Packard, qui ont créé une structure commune pour le recyclage de leurs déchets. D’autres, enfin, misent sur l’expérience terrain, comme Yoplait qui table sur une diminution significative des émissions de CO2 grâce à une optimisation de ses circuits de distribution.

Certes, la bonne cause écologique est quelquefois détournée aux seules fins de voir triompher la rentabilité économique sous couvert de bonne conduite citoyenne. Ne soyons pas naïfs. Mais qu’importe! Si au bout du compte l’équation économie/social/respect de l’environnement trouve un équilibre globalement acceptable, alors le chemin vers le développement durable a toutes les chances d’être un pari vertueux.

Retour au sommaire

Auteur

  • Catherine Fournier

Logistiques Magazine I Éditorial

Une question d’équilibre

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format