Menu
S'identifier

Résultats 2018 : stationnaire, le trafic de l'aéroport de Nice-Côte d’Azur risque le décrochage en 2019

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 18.01.2019 | Dernière Mise à jour : 18.01.2019

L’activité de l'aéroport de Nice s’est stabilisée en 2018 pour le fret qui totalise 23 400 tonnes.

Crédit photo Aéroport de Nice

Pas de changement en 2018 sur le tarmac de Nice-Côte d’Azur avec trafic cargo de 23 400 tonnes contre 23 600 t en 2017. Fait marquant de l’année, l’arrêt des vols Chronopost en octobre dont les effets se feront sentir cette année. Par ailleurs, la mise en service le 14 décembre dernier du tramway reliant la ville à l’aéroport pourrait impacter la circulation des camions, la ligne traversant les accès à la zone de fret.

Après une belle progression en 2017 liée au retour de Qatar Airways à Nice, l’activité s’est stabilisée en 2018 pour le fret qui totalise 23 400 tonnes réparties entre fret avionné traditionnel (12 400 tonnes), express (2 900 tonnes) et fret camionné (8 100 tonnes). "2018 s’inscrit dans la continuité, avec de bons taux de remplissage des soutes, même si nous espérions faire mieux", analyse Eric Montariol. Le responsable fret de la plate-forme azuréenne a conscience de l’impact de la décision de Chronopost au dernier trimestre 2018 d’arrêter ses vols sur Nice. Dans le sillage de DHL en mars 2016, la compagnie a pris l’option de cesser ses vols triangulaires cinq fois par semaine entre Marseille, Nice et Roissy Charles-de-Gaulle pour des raisons évidentes d’optimisation des coûts.

Chronopost se recentre sur Marseille

Ainsi, depuis octobre dernier, le fret a basculé sur la route où il est acheminé vers le hub de Marseille-Provence qui récupère ainsi un trafic annuel de 1 000 tonnes de fret express. Quelques mois plus tôt, le hangar de 2 000 m2 de Chronopost situé sur la plate-forme fret, avait dû être démoli dans le cadre des travaux du tramway de Nice. Fedex demeure donc le seul intégrateur sur la plate-forme à opérer des avions cinq fois par semaine.

Si les avions de DHL, ont disparu du tarmac azuréen, cela n’empêche pas l’expressiste de poursuivre son développement dans les Alpes-Maritimes. Après la modernisation et l’augmentation des capacités de sa chaîne de tri en 2016 pour accompagner la hausse des volumes de 17 % (entre 2014 et 2015), DHL a investi 1 M€ dans une nouvelle agence à Cannes inaugurée en septembre.

Avec 12 400 tonnes, le general cargo demeure le fer de lance de la plate-forme pour le fret. La destination Moyen-Orient concentre, à elle seule, trois quart des volumes. "85 % du fret transit sur des lignes long courrier", détaille Monsieur Montariol. Les longs courriers se comptent sur les doigts d’une seule main à Nice. Emirates et Qatar Airways desservant les hubs de Doha et Dubaï. A ces lignes annuelles, des vols saisonniers sont opérés sur le Canada et les Etats-Unis.

"Repenser le modèle ultra-centralisé"

Nice, comme l’ensemble des aéroports de province, déplore la concentration des gros porteurs sur Roissy Charles-de-Gaulle. Tout comme Marseille-Provence, l’aéroport exerce du lobbying afin d’obtenir des droits de trafic. Avec un trafic passagers en hausse de 4,1 % atteignant 13,85 millions de voyageurs en 2018, la seconde plateforme aéroportuaire nationale, Nice Côte d’Azur, se dit prêt à accueillir une ligne directe avec la Chine et espère une deuxième desserte de la Côte Est des Etats-Unis.   

"L’accroissement du trafic aérien et la saturation du ciel français justifient de repenser le modèle ultra-centralisé qui prédomine, comme c’est déjà le cas dans tous les grands pays européens. Cette orientation est non seulement pertinente d’un point de vue économique, mais aussi environnemental car elle va permettre de réduire les distances parcourues et les durées de rotation", analyse Dominique Thillaud, président du directoire d’Aéroport de Nice Côte d’Azur.

Deux fois moins de vols spéciaux en 2017

Eric Montariol ajoutant que le fret constitue "un argument de poids auprès des compagnies aériennes". En 2018, Thales Alenia Space a opéré deux fois moins de vols spéciaux qu’en 2017 avec trois chargements de satellite sur des AN 124 à destination des pas de tir internationaux.

S’agissant des opérations de la plate-forme, si l’arrivée du tramway de Nice en décembre 2018 constitue une réelle avancée pour les flux passagers, elle pourrait affecter la circulation des véhicules légers et camions lors des pics de trafic fret. La ligne ferroviaire coupant l’entrée et la sortie du terminal fret, au passage des rames les véhicules étant contraints de s’arrêter. 

Auteur

  • Nathalie Bureau du Colombier

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format