Menu
S'identifier

Des dirigeables hybrides, une solution de fret innovante ?

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 14.09.2017

Crédit photo DR

La société française Hybrid Air Freighters vient de signer une lettre d'intention pour acquérir une flotte de dirigeables hybrides. Elle travaille à concrétiser ses premiers contrats commerciaux qui pourraient être effectifs au premier semestre 2018, soit 18 mois avant la livraison des premiers appareils.   

Le retour des dirigeables n'a jamais semblé être aussi proche. Un nouvel exemple en est apporté par la société parisienne Hybrid Air Freighters (HAF). Elle a en effet signé une lettre d'intention portant sur l'acquisition de douze dirigeables hybrides construits par le géant américain Lockheed Martin le 20 juin dernier. Le montant du contrat, s'il se concrétise en commandes fermes d'ici au premier semestre 2018, pourrait avoisiner les 500 millions de dollars. 

Opérationnels d'ici à 2020

Sous réserve que le programme obtienne sa certification simultanée américaine (FAA) et européenne (EASA), deux premiers aéronefs pourraient devenir opérationnels dès début 2020. Ils serviront à valider le concept auprès des futurs clients d'HAF, dont les engagements pourraient être concrétisés au cours du premier semestre 2018. Puis les livraisons reprendraient à partir de 2021, les projections portant sur l'utilisation de plus de vingt dirigeables au bout de cinq ans. 

Soute mixte

Dénommés LMH-1, les nouveaux venus présenteront une longueur de 82 mètres et une hauteur de 22 mètres. Leur capacité d'emport sera d'une vingtaine de tonnes et leur rayon d'action "économique" sera de 500 km. Ils pourront également transporter, en fonction des besoins, jusqu'à 19 passagers. Longue de 18 mètres, leur soute pourra accueillir du fret palettisé ou en vrac.

La motorisation des LMH-1 fera appel à quatre moteurs Diesel de 350 ch chacun, leur conférant ainsi une vitesse de croisière de 111 km/h. 

Pour desservir des zones reculées...

Surtout, l'innovation apportée par ces nouveaux engins consistera dans leur équipement avec des coussins d'air. Au nombre de trois, ils permettront au dirigeable d'être maintenu au sol durant les phases de chargement et de déchargement au sol. Car c'est bien là l'attrait de ce type d'aéronef, c'est de desservir des zones reculées démunies d'infrastructures. 

Les premiers clients pourraient donc être des sociétés d'extraction pétrolières, gazières ou minières sensibles au coût d'utilisation de ce type de machine. Le coût à la tonne/km transportée est annoncé comme pouvant être jusqu'à cinq fois et plus inférieur à celui d'un hélicoptère selon les conditions d’exploitation. Surtout, le LMH-1 pourrait être utilisé plus de 300 jours par an au rythme de 18 heures de vol par jour, le pilotage étant assuré au moyen de deux membres d'équipage. 

... ou saturées, comme les ports

Initialement et durant une période de deux ans nécessaire pour prouver la viabilité technique et commerciale de l'engin, "HAF prévoit d'utiliser les deux LMH-1 en air chaud tropical et en air froid. Ce dernier serait trouvé en Articque.

Puis, Lockheed Martin pourrait développer des versions plus capacitaires de son dirigeable hybride. Sa capacité serait alors portée à 90 tonnes, ce qui rendrait la t/km transportée compétitive par rapport à d'autres modes de transport comme la route. Il pourrait ainsi desservir des zones complètement saturées comme peuvent l'être les ports en Europe", explique Hubert de Contenson, directeur général de Hybrid Air Freighters.   

Adapté aux besoins du XXIe siècle

Nul doute que l'expérience accumulée par deux des fondateurs d'HAF sera particulièrement précieuse pour convaincre les logisticiens de choisir cette solution de transport adaptée aux besoins du XXI° siècle. Hubert de Contenson a, ainsi, occupé un poste de directeur général adjoint d'un grand groupe de fret. Jean-Paul Troadec a, de son côté, exercé plusieurs postes au sein de la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) et celui, en dernier ressort, de Directeur du bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) pour la sécurité civile.                                         

Auteur

  •  Olivier Constant 

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format