Menu
S'identifier

Heppner investit sur le segment pharma, notamment dans l'aérien

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 22.03.2017

Heppner a choisi l'aéroport de Bâle-Mulhouse pour présenter à ses clients ses ambitions dans la pharma. Des ambitions qui passent notamment par un nouvel outil de monitoring 15 °- 25 °C et par la démarche de certification CEIV Pharma de IATA.

Crédit photo © Anne Kerriou

Investissements dans un nouvel outil de suivi, projet de certification CEIV Pharma : Heppner confirme son ambition d'être un acteur majeur dans le secteur de la santé, notamment sur les flux overseas.

Le groupe familial Heppner a bien l'intention de maintenir et développer ses positions dans le traitement des flux pharmaceutiques face aux géants mondiaux de la commission de transport. Une stratégie qui s'articule avec l'ambition générale de l'entreprise : "être le spécialiste en Europe du transport de et vers la France".

Le secteur Santé représente aujourd'hui 13,6 % du chiffre d'affaires global de l'entreprise, tous métiers confondus, soit environ 87 M€. "C'est le premier marché du groupe en termes de chiffre d'affaires. Nous avons créé l'offre en 2011-2012, avec l'obtention de la certification Certipharm pour la messagerie et l'affrètement. Cette double certification a été renouvelée en 2015 et nous l'avons, à la même date, étendue à l'overseas. L'ensemble des bureaux, agences et escales sont certifiées", a expliqué Gérard Palazzo, responsable du produit Santé d'Heppner, lors d'une visite organisée le 21 mars sur l'aéroport de Bâle-Mulhouse.

Deux projets majeurs

Heppner veut maintenant aller plus loin. "Nous avons deux projets majeurs sur la partie Santé", détaille Gérard Palazzo. L'entreprise s'apprête tout d'abord à déployer un outil qui permettra un meilleur suivi des expéditions acheminées à température ambiante (15 °C - 25 °C). "Nous devrions mettre en œuvre cette solution de gestion du 15-25 dans le courant du 2e trimestre. On sera alors parmi les premiers à déployer un tel suivi dans un réseau généraliste", affirme Gérard Palazzo.

Deuxième ambition : obtenir l'agrément CEIV Pharma délivré par l'IATA. Une démarche pas si simple, comme l'a rappelé Andréa Gruber, Senior Manager Special Cargo IATA. "Nous réalisons d'abord un pré-audit ,avec une analyse de toutes les opérations, en fonction d’une check-list d’environ 300 questions élaborées par IATA. Tous les écarts identifiés doivent être clos avant que l’audit final puisse avoir lieu", a indiqué Andréa Gruber, précisant au passage qu'à ce jour, aucune entreprise n'avait réussi à passer le pré-audit sans écart. 

L'aéroport de Bâle-Mulhouse en sait quelque chose : il s'est lancé dans la démarche à en 2016, espérant alors une certification en fin d'année. Mais c'est finalement en juillet 2017 que le processus devrait aboutir. Aéroports de Paris, lui, a donné l'impulsion en janvier dernier, titillé par le dynamisme de plates-formes européennes concurrentes comme Bruxelles.

Pourquoi la certification CEIV Pharma

Heppner se fixe comme horizon l'année 2018. Idéalement, la démarche devrait être menée conjointement avec le commissionnaire de transport Hellman Worldwide Logistics, partenaire historique et exclusif de Heppner. Les discussions sont en cours et devraient se conclure dans les prochaines semaines. Quelles sont les attentes de l'entreprise par rapport à cette certification ? Les explications de Gérard Palazzo.

La certification CEIV Pharma s'appuie sur les réglementations propres au transport aérien mais aussi, notamment, sur les bonnes pratiques de distribution de l'industrie pharmaceutique. "Un pool de validateurs indépendants qui viennent de l’industrie et font les audits et les pré-audits. À ce jour, environ 48 entreprises sont certifiées, 88 ont entamé la démarche et une centaine sont en discussion", a précisé Andréa Gruber.

Une démarche d'amélioration continue

La représentante de l'IATA a également insisté sur un aspect important de cette certification : la nécessité de poursuivre les améliorations au-delà de la phase de certification. Une approche confirmée par Air France Cargo et par l'aéroport de Bâle-Mulhouse.

"Lorsque l'on constate une irrégularité durant le transport, on va nous-mêmes enquêter et produire une action corrective qui sera partagée avec l’ensemble des acteurs", a ainsi souligné Fabrice Panza, responsable du développement du produit pharma Air France-KLM-Martinair. Gian Carlo Alessi, Executive vice-président de l'Euroairport en charge du cargo, explique quant à lui que la plate-forme veut "réduire à zéro le temps passé sur le tarmac pour les produits les plus sensibles", grâce à l'ajout d'une zone de transit à 2°-  C.

Thème(s) associé(s)

Pharma Commissionnaires

Auteur

  • Anne Kerriou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format