Menu
S'identifier

Fret aérien : l'aéroport de Toulouse-Blagnac a reculé en 2018

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 04.02.2019 | Dernière Mise à jour : 04.02.2019

Tous les trafics ont baissé en 2018, à l’exception des vols militaires, qui progressent de… 4 tonnes. C’est en premier lieu vrai pour les vols constructeurs qui représentent à eux seuls 71 % du trafic de la plateforme. 

Crédit photo ATB/Guillaume Serpault 

L'aéroport Toulouse-Blagnac n’a pas réitéré en 2018 son excellent exercice qui l’avait vu franchir, alors, la barre des 70 000 tonnes de fret pour la première fois. Conservant, néanmoins, sa place de premier aéroport de province pour l’importance de son trafic fret, la plateforme anticipe un retour à la croissance de ses tonnages dès cette année.

Les années se suivent et ne ressemblent pas pour l’Aéroport Toulouse-Blagnac. Envolée la croissance de près de 10 % en 2017, place à un recul de 5,7 %, à 67 081 tonnes, en 2018.

L'export a représenté 24 217 tonnes, en baisse de 9,1 % d’une année sur l’autre, tandis que l'import a diminué de 3,7 % à 42 864 tonnes.

Les vols constructeurs en retrait

Tous les trafics ont baissé en 2018, à l’exception des vols militaires, qui progressent de… 4 tonnes. C’est en premier lieu vrai pour les vols constructeurs qui représentent à eux seuls 71 % du trafic de la plateforme. À 47 581 tonnes, le recul est de 5,9%. En dépit de cadences record de livraisons, des soucis d’approvisionnement concernant la chaîne des Airbus A350 ont pesé sur les tonnages reçus ou expédiés par voie aérienne.

Autre vecteur stable de croissance du trafic en 2017, le fret express a régressé mais dans des proportions moindres. Les 17 120 tonnes traitées dont 6 084 tonnes (+ 2,2 %) pour la seule TNT Airways S.A. ont marqué une baisse de 2,8 %. L’impact des Gilets jaunes ne s’est, semble-t-il, pas fait sentir sur le bon écoulement de ce trafic. Il n’en demeure pas moins que la progression des tonnages liée au développement de l’e-commerce n’a pas encore produit tous ses effets en terre occitane.

Plus de fret en soute pour les vols mixtes

Les vols mixtes ont pour leur part poursuivi leur recul mais plus marqué cette fois. À 1 194 tonnes, la baisse est de 2,6 %. Quelques compagnies ont toutefois augmenté leurs emports en soute. C’est en particulier le cas de Turkish Airlines, qui a acheminé 317 tonnes (+ 25,9 %) sur sa ligne Toulouse-Istanbul. Mais la place toujours plus importante prise par les compagnies à bas coûts n’incite pas à l’optimisme dans ce secteur. Ces transporteurs n’emportent pas de fret en soute eu égard à leur mode d’exploitation prévoyant des temps d’escale très courts.

Les vols charters ont également reculé de 31,5 %, à 866 tonnes. C’est un même cas de figure qui prévaut pour les autres vols non commerciaux (285 tonnes, en chute de près de 31 %).

Enfin, et sans que cela ne constitue une surprise en soi, le trafic postal a poursuivi son déclin. Les tonnages se sont limités à 1 739 tonnes (- 8,9 %).

Retour à la croissance en 2019 ?

À la faveur d’un retour à la normale pour les vols constructeurs cette année, l’exercice 2019 pourrait être celui d’un retour à la croissance. Les responsables de l’aéroport n’écartent pas la possibilité de franchir à nouveau la barre des 70 000 tonnes. D’autant qu’Airbus devrait allègrement dépasser la barre des 800 appareils livrés cette année. Mécaniquement, il s’ensuivra une hausse des tonnages qui pourraient être encore plus marqués puisque les augmentations de cadence porteront, notamment, sur les gros-porteurs de la famille A350.

S’agissant des autres postes, Toulouse pourrait tôt ou tard profiter des potentiels existant sur Istanbul. Abdelhak Tahri, Chargé de développement du réseau et des relations avec les compagnies aériennes d’Aéroport Toulouse-Blagnac, confirme que "cette ligne, qui est exploitée à raison de cinq à sept fréquences hebdomadaires suivant les saisons, présente le potentiel pour être exploitée en vol biquotidien". Le fret acheminé en soute à bord des avions passagers de la compagnie nationale turque pourrait donc poursuivre sa croissance forte.

Côté Chine, en revanche, les perspectives sont moins prometteuses, du moins pour l’instant ! La finalisation de la création d’une ligne directe entre Toulouse et Zhengzou n’a pas eu lieu en septembre 2018, comme cela avait été évoqué un temps. Les deux vols prévus d’être opérés d’avril à octobre 2019 par la compagnie française XL Airways restent donc, pour l’heure, à l’état de projet.

Auteur

  • Olivier Constant 

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format