Menu
S'identifier

Aéroports de Paris a mieux résisté que ses concurrents européens en 2019

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 10.03.2020 | Dernière Mise à jour : 10.03.2020

Il n’y a finalement que Paris-Orly qui a réussi à tirer son épingle du jeu. Les 88 ​​​​​​​609 ​​​​​​​tonnes recensées représentent une hausse de 2,40 ​​​​​​​%.

Crédit photo Adobe Stock

Au sein des quatre plus importantes plateformes de fret aérien européennes, Paris-Charles de Gaulle est celle qui a le moins reculé en 2019. Le différentiel avec Francfort, occupant la première place, est à présent de l’ordre de 200 000 tonnes. 

L’aéroport de Paris-Charles de Gaulle a réussi à limiter la chute de son trafic en 2019. À 1 927 176 tonnes manutentionnées, le recul est de seulement 2,4 % par rapport à 2018. C’est toutefois à partir d’août 2019 que la conjoncture mondiale a détérioré plus fortement les chiffres de trafic mensuels. Sur le seul mois de décembre, la baisse a été de 5,43 ​​​​​​​% à 166 ​​​​​​​441 ​​​​​​​tonnes. Paris-Charles de Gaulle s’est donc éloigné l’année passée de ses tonnages record de 2010, avec 2 177 ​​​​​​​371 ​​​​​​​tonnes traitées. 

Paris-Orly en hausse

S’agissant du trafic postal, les résultats sont là encore en baisse. Les 175 ​​​​​​​092 tonnes qui ont transité par les installations marquent un recul de 3,36 %. Le différentiel s’est donc encore accru par rapport à l’année record de 2006, qui avait vu passer un tonnage de 246 ​​​​​​​524 ​​​​​​​tonnes. 

Il n’y a finalement que Paris-Orly qui a réussi à tirer son épingle du jeu. Les 88 609 tonnes recensées représentent une hausse de 2,40 ​​​​​​​%. 

Une seconde place européenne confortée

Sur la scène européenne, les résultats 2019 permettent cependant à Paris-Charles de Gaulle de conforter sa seconde position derrière Francfort. Son recul est, en effet, le moins marqué des quatre plateformes européennes les plus importantes au niveau de leur trafic fret. Francfort a vu ses tonnages diminuer de 7,2 %, à 2 130 000 tonnes. Troisième du classement, Amsterdam-Schipol a, pour sa part, perdu 9 % de son trafic à 1,6 million de tonnes. Enfin, Londres-Heathrow a subi une baisse à deux chiffres (- 11,2 %) de son trafic, à 1 587 450 tonnes. 

À la faveur de nouveaux développements incluant la location, cette année, à Panalpina et au groupe Europe Handling d’un nouvel entrepôt de 16 000 m² et de deux nouveaux projets étendant les surfaces d’entreposage de 40 000 m² en 2022, Paris-CDG entend bien continuer de se rapprocher de son concurrent allemand, Fancfort, au cours des prochaines années. Le différentiel de tonnage annuel est de l’ordre de 200 000 tonnes actuellement.

Auteur

  • Olivier Constant    

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format