Menu

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Pourquoi Auchan verdit sa stratégie transport

Logistiques Magazine | Supply Chain | publié le : 03.12.2015 | Dernière Mise à jour : 27.05.2017

Image

Dans le Sud de la France, Auchan collabore avec les transports Berthaud, Perrenot et Bert pour son expérimentation.

Crédit photo © DR

Auteur

  • Yann Buanec

Pour anticiper les législations anti-diesel, le groupe de distribution nordiste a testé l’approvisionnement de ses hypermarchés dans le Sud de la France avec six véhicules au gaz naturel. Une expérimentation est également en cours en région parisienne et devrait être dupliquée en Aquitaine en 2016.

Auchan mène depuis avril 2015 une expérience de livraison de ses hypermarchés au départ de Nîmes avec six véhicules qui fonctionnent au gaz naturel liquéfié.


Un équilibre à trouver

Quelques mois après le lancement de cette expérience, Loïc Sénéchal, responsable transport région Ouest, dresse un premier bilan : "les conducteurs apprécient la diminution du bruit et des vibrations, par rapport à un véhicule qui roule au gazole. Ils regrettent en revanche le manque de puissance, 330 chevaux contre 400 à 450 chevaux habituellement. En ce qui concerne le surcoût, il s'établit à 30 % de plus qu’un Euro 6. À l’exploitation, il faut compter 72 centimes le kilo avec une consommation de 27 à 28 kg aux 100 km. Quand le diesel coûte en moyenne 1,02 € par litre avec une consommation de 30 à 31 litres pour 100 km".

Résultat des calculs menés par Auchan : on s’approche de l’équilibre sur la durée de l’amortissement du véhicule… À condition toutefois de réaliser au moins 600 km par jour. "L’équilibre peut être atteint si les constructeurs font un petit effort sur les contrats de maintenance, déclare Loïc Sénéchal. Un gain peut même être espéré dès lors que le prix du gazole augmente".


Anticiper les futurs risques de livraison

Dans le sud de la France, Auchan collabore avec les Transports Berthaud, Perrenot et Bert pour son expérimentation. "Nous avons travaillé avec eux à livre ouvert, explique Loïc Sénéchal. Il n’était pas question qu’ils perdent de l’argent sur ce marché. Pour la logistique d’Auchan, une telle expérience doit nous permettre d’anticiper les futurs risques de livraisons de nos hypers. En ne mettant pas tous nos œufs dans le même panier, nous nous mettons à l’abri d’un décret qui pourrait, par exemple, interdire certains poids lourds lors d’un pic de pollution. Plutôt que de subir l’avenir, nous testons des solutions".


Six camions supplémentaires à Rungis

L’enseigne de grande distribution a depuis développé son expérimentation avec six camions supplémentaires sur la station de Rungis, au sud de Paris. L’Aquitaine suivra en 2016. Des discussions sont en cours avec les transporteurs Naval et Peronnet afin que sept de leurs véhicules roulent au gaz naturel à Bordeaux, où le groupe espagnol Fenosa ouvrira une station en avril 2016.

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format