Menu

E-COMMERCE

Les propriétaires de camping car à la rescousse d’Amazon

Logistiques Magazine | Supply Chain | publié le : 20.12.2016 | Dernière Mise à jour : 30.03.2017

Crédit photo © Fotolia

Auteur

  • Caroline Crosdale

Le géant Amazon gère la montée en puissance des livraisons de fin d’année en embauchant les voyageurs itinérants qui sillonnent les autoroutes américaines en camping-car.

"Enfilez de bonnes chaussures". C’est le conseil que se passent les éternels voyageurs en camping-cars, lorsqu’ils démarrent un travail saisonnier dans les entrepôts d’Amazon. Car il va falloir marcher, beaucoup marcher. Ces nomades, souvent baby boomers, qui sillonnent les autoroutes américaines dans leurs RV (Runaway vacation), n’ont pas toujours des retraites suffisantes pour s’adonner aux seules joies du voyage. Ils enchainent les petits boulots au fil de la route : ramassage des betteraves, tenue de stands dans les parcs nationaux, conseils marketing, programmation informatique…

La direction du géant Amazon qui doit faire face à une forte montée des commandes pour les fêtes de fin d’année a bien compris l’avantage qu’elle pouvait tirer de ces itinérants, prêts à travailler dur, sur de courtes périodes, pour financer leurs voyages.

Trois sites de travail pour campeurs

Amazon a ainsi ouvert trois "Camperforce", sites de travail pour les campeurs, à Campbellsville dans le Kentucky, Murfreesboro dans l’Etat du Tennessee et Haslet au Texas. Les milliers d’intéressés s’inscrivent en début d’année et arrivent au camping à la mi-aout, début septembre. Amazon leur promet un travail dans les entrepôts jusqu’au 23 décembre.

Les conditions d’embauche paraissent minimales. Il faut avoir fini ses études secondaires, passer le test de drogue et laisser son portable à l’entrée du site. Amazon offre un tarif horaire de 10,75$ et s’engage à payer 1,5 fois les heures supplémentaires. En plus, le groupe de Seattle prend en charge la location de l’emplacement au camping et les différents frais d’électricité encourus. Pour les retraités en goguette, Amazon est un des meilleurs employeurs saisonniers. Mais qu’on ne s’y trompe pas. « Le travail est dur » assure Becky, la bloggeuse d’Interstellar Orchard. Il faut pouvoir attraper, empaqueter, ranger, recevoir…et marcher, marcher, toujours marcher. Cherie Ve Ard, dans le blog Technomadia évoque ainsi plus de 24 kms de marche par jour. « On perd quelques kg » assure-t-elle.

Travailler de jour, de nuit, 11 heures d’affilée pendant 5 jours

Au tout début en septembre, les Amazoniens travaillent 10 heures par jour pendant 4 jours et se reposent 3 jours. Mais lorsque vient le "vendredi noir", juste après la fête de Thanksgiving, "la folle ruée des vacances" commence, témoigne Cherie Ve Ard. Et les heures supplémentaires deviennent obligatoires. On peut travailler de jour ou de nuit, 11 heures d’affilée pendant 5 jours.

Certains campeurs ne tiennent pas le rythme. Ils reprennent la route. Amazon donne une prime de fin de travail à ceux qui vont jusqu’au bout de leur mission. Il y a de même une prime de référence pour ceux qui font venir leurs amis voyageurs chez Amazon. Cherie Ve Ard leur propose un kit de survie : de bonnes chaussures, une chemise supplémentaire et des dessous car on n’a pas le temps de se rendre à la blanchisserie. Et l’on n’oublie pas les cachets d’aspirine contre les courbatures…

 

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format