Menu

RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE

La RSE à l’affiche chez JCDecaux

Logistiques Magazine | Supply Chain | publié le : 12.04.2016 | Dernière Mise à jour : 12.04.2016

Image

À l’occasion de la présentation de Supply21, le leader mondial du mobilier urbain JCDecaux a apporté son éclairage à travers la démarche d’achats responsables lancée par la firme voici deux ans.

Crédit photo © JCDecaux

Auteur

  • Laurent Schwartz

Un observatoire sur la montée en puissance de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) dans la supply chain se met en place à l'initiative du cabinet Proconseil. JCDecaux témoigne sur ses avancées en la matière.

Peut-on développer une supply chain performante tout en y intégrant une composante RSE (responsabilité sociétale des entreprises) sur tous ses maillons ? Faut-il sans doute déjà commencer par savoir comment on se situe en termes d’implication dans une démarche RSE.

C’est l’objet de l’outil d’auto-évaluation, baptisé Supply21, que le cabinet Proconseil compte mettre à disposition en ligne – en libre accès pour commencer – aux entreprises intéressées par le sujet, histoire de favoriser la mise en place d’une plateforme d’échanges où interviendront également des sociétés d’économie solidaire. Le cabinet a prévu d’établir, auprès de la communauté ainsi composée, un premier bilan dans quelques mois sur les données récoltées. Avec à la clé un livre blanc d’ici à la fin de l’année.


Le "partage d’expériences"

L’initiative de Proconseil est en partie liée à l’arrivée récente au sein du cabinet de David Gau. L’homme, expert en supply chain, est aussi très impliqué depuis 10 ans auprès de plusieurs ONG et associations environnementales. Le "partage d’expériences" qu’il veut instiller dans la communauté supply chain doit prendre, de son point de vue, la forme d’un véritable observatoire Supply21 exposant les avancées – ou les freins rencontrés – dont peuvent témoigner les entreprises dès lors qu’elles souhaitent mesurer la maturité de leur supply chain en termes de RSE et avancer sur le sujet.

À l’occasion de la présentation de Supply21, le leader mondial du mobilier urbain JCDecaux est venu apporter son éclairage à travers la démarche d’achats responsables que la firme a lancée voici deux ans : "Nous n’avons pas d’usines et recourons au niveau corporate à quelque 3 000 fournisseurs dont 70 considérés comme clés pour nous. Nous sommes présents dans 75 pays, nos marchés à l’international représentant plus de 80 % de notre activité", cadre d’entrée de jeu Virginie Gatin, directrice développement durable et qualité.


Code de conduite

La première étape de la démarche a tout bonnement consisté pour le groupe à déjà identifier… tous ses fournisseurs par l’intermédiaire de ses filiales. Un code de conduite fournisseur très détaillé a ensuite été établi selon quatre items : éthique, social/droit de l’homme, santé-sécurité et environnement.

Parallèlement, les acheteurs ont bénéficié d’une formation sur l’approche RSE. L’idée est de faire signer ce code aux fournisseurs, de collecter ensuite auprès d’eux une auto-évaluation et passer enfin du déclaratif à l’audit. Virginie Gatin ne cache pas que ce travail d’ampleur est loin d’être achevé. Dépasser le fameux triptyque coût, qualité et délai en y ajoutant une composante développement durable n’est pas simple. Nombre de fournisseurs de JCDecaux sont des acteurs de l’industrie lourde (acier, verre…) et ils évoluent lentement.

Sensibilier les géants comme les TPE et PME

En outre, face à certains fournisseurs, tels des géants comme Samsung, difficilement contournable dans le domaine des dalles digitales, le donneur d’ordre qu’est Decaux apparaît comme microscopique : "Nous tentons de les sensibiliser depuis deux ans...", confie Virginie Gatin.

Et à l’autre extrémité, le groupe se retrouve face à de nombreux sous-traitants, souvent des TPE et PME, dont la priorité est déjà le maintien d’une trésorerie leur permettant de survire… Dans le futur en tout cas, JCDecaux ne cache pas qu’il compte privilégier dans ses appels d’offre les "mieux-disant" en RSE. Ce qui, sans doute, se traduira d’une manière ou d’une autre au niveau contrat les engageant.

Anticipation

Pour tout dire, Virginie Gatin reconnaît qu’aujourd’hui les clients de son groupe, principalement des municipalités, ne le challengent pas encore vraiment sur la question RSE. Dans l’Hexagone néanmoins, certains élus commencent à se montrer sensibles au made in France. La responsable pense que cette attitude va se généraliser. D’où aussi la démarche anticipative du leader mondial.

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format