Menu

MUTUALISATION

La mutualisation pour Carrefour se renforce à la Pointe Bretagne

Logistiques Magazine | Supply Chain | publié le : 18.09.2015 | Dernière Mise à jour : 23.04.2017

Image

Le site industriel de Hénaff à Pouldreuzic, Finistère.

Crédit photo © DR

Auteur

  • Marie-Noëlle Frison

Carrefour va étendre sa collaboration avec le GIE Chargeurs Pointe de Bretagne. 24 industriels bretons se sont regroupés pour livrer ensemble les 32 bases logistiques du distributeur en France. Les premières livraisons débuteront en octobre 2015.

Depuis octobre 2012, Carrefour s’appuyait sur le GIE Chargeurs Pointe de Bretagne présidé par Jean-Jacques Hénaff, dirigeant de la société éponyme, pour mutualiser les livraisons de 14 de ses fournisseurs bretons vers ses 8 entrepôts frais dédiés à l’approvisionnement de ses hypermarchés. À partir du mois prochain, 10 industriels (agroalimentaires pour la plupart) supplémentaires vont entrer dans la boucle pour approvisionner, ensemble, les 32 bases logistiques du distributeur en France.

65 000 palettes par an

L’organisation des ramasses et le transit entre les usines et les plates-formes de Carrefour seront effectués par le transporteur breton Rouxel Logistique. "L’opération de mutualisation représente 65 000 palettes par an, contre 25 à 30 000 dans le schéma précédent", précise Jean-Jacques Hénaff. "Nous travaillons sur ce sujet avec Carrefour depuis le début de l’année. La difficulté a été de bâtir un cadencier d’approvisionnement commun avec les parties prenantes et de trouver un système permettant de regrouper les flux à prix franco, opérés par l’industriel, et les flux à prix départ usine, opérés par Carrefour."

Enjeu sociétal

Les résultats de ce travail collaboratif sont prometteurs. "1 300 camions de moins chaque année sur les routes, 680 tonnes de CO2 économisées, une augmentation du taux de remplissage des véhicules de 50 % et, bien sûr, des gains financiers pouvant aller jusqu’à 20 % dans le cas des petits fabricants qui livrent une palette à la fois." Au-delà des chiffres, Jean-Jacques Hénaff, qui rappelle avoir porté le bonnet rouge en signe de lutte contre l’écotaxe, voit dans cette mutualisation un "enjeu sociétal", contre le "déménagement industriel de la Bretagne" et pour la "défense des entreprises dans les territoires ruraux".

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format