Menu

INTERVIEW. Yan Beaudoing, 4Murs : "Une solution sur mesure et évolutive"

Supply Chain Magazine | Supply Chain | publié le : 31.08.2017 | Dernière Mise à jour : 19.09.2017

Yann Beaudoing, chef de projet de 4Murs.

Crédit photo DR

Auteur

  • Éloïse Leydier

4Murs, distributeur de peinture et de papiers peints, a lancé en 2015 un nouveau concept de magasin, "Lifestyle", ayant eu de forts impacts sur la logistique. Recruté à l’occasion de ce projet, Yan Beaudoing, chef de projet, explique le choix de l’AutoStore par 4Murs.

Supply Chain Magazine : 4Murs a récemment connu quelques évolutions dans sa gamme… et donc dans sa logistique. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Yan Beaudoing : Créée en 1969, l’enseigne est spécialisée dans la distribution de peintures et papiers peints. En 2015, 4Murs fait évoluer ses magasins vers un nouveau concept déco. Dans ces nouveaux magasins de décoration grand format, 7 espaces thématiques permettent à chacun de trouver son style en fonction de sa sensibilité.

Les ambiances proposées associent papier peint, peintures, rideaux, voilages et s’enrichissent de coussins, tapis, bougies, cadres, horloges, objets déco, accessoires pour enfants, etc... 

10 de nos 120 magasins proposent désormais cet ensemble, et à terme, ce sera la totalité d’entre eux. Nous étendrons aussi notre périmètre d’action à l’international. Mais nous avançons pas à pas.
 

Supply Chain Magazine : Quel a été l'impact de ces innovations au niveau logistique ?

Yann Beaudoing : Question logistique, cela a déjà supposé quelques changements… Jusqu’à présent, nous opérions un picking traditionnel : une personne dans les allées s’occupaient de préparer la commande, constituée généralement d’une dizaine de rouleaux de papiers peints minimum. Pour ce concept "Lifestyle", le picking concerne plus particulièrement des articles à l’unité, nécessitant plus de déplacements dans les allées et d’une manière générale plus de temps, qu’il s’agisse de la mise en stock ou de la préparation de commandes. Plus l’activité augmente, plus nous avons besoin de personnes et de place, ce qui, pour 120 magasins n’est pas envisageable… Il nous fallait trouver une solution. 

Nous avons donc fait l’acquisition fin 2016 d’un nouvel entrepôt, de 1 000 m2, situé à quelques mètres de celui de Marly, de 5 000 m2, et à quelques kilomètres de celui d’Ennery, également de 5 000 m2. Ce nouveau bâtiment sera dédié à la préparation de commandes du textile et des objets "déco" et nous avons décidé dès le début que cet entrepôt serait automatisé. Non pas pour diminuer la masse salariale (20 personnes travaillent actuellement à la logistique sur l’ensemble des bâtiments), mais bien pour pouvoir développer notre activité sans manquer d’espace pour travailler.
 

SCM : En janvier 2018, un AutoStore va donc venir aider la logistique de 4Murs. Intégré par Egemin (groupe Dematic), ce système automatisé (créé par Hatteland et désormais propriété du groupe EQT) a été spécialement conçu pour la préparation d’articles à l’unité. Comment en êtes-vous venu à choisir cette solution ?

Y. B. : Très vite nous avons su qu’il nous fallait un système good-to-man. Mais parmi les solutions du marché, beaucoup étaient finalement surdimensionnées par rapport à notre activité. Nous expédions chaque jour près de 2 000 unités de livraison de textile et d’objets déco et 3 000 pour le papier peint et la peinture. Il nous fallait donc une solution adaptée à cette volumétrie, tout en gardant en tête que cette activité allait croître au fur et à mesure de l’ouverture de nouveaux magasins. Grâce à notre WMS, Reflex d’Hardis, acquis en 2014, nous disposons en effet d’une étude de flux fiable, nous permettant de choisir la meilleure solution pour nous. L’AutoStore proposé par Egemin nous a semblé être le meilleur système, d’autant que des ajouts de robots seront facilement faisables, quand les flux augmenteront.

Nous avons pris notre décision en mai 2017. Nous sommes donc en pleine installation ! En janvier 2018, le système sera en capacité de stocker jusqu’à 10 000 bacs et de traiter 320 colis à l’heure.


SCM : Les magasins sont livrés à quelle fréquence ?

Y. B. : Une fois par semaine, l’automatisation ne changera pas ce rythme.


SCM : Comment le choix d’automatiser a-t-il été pris par les équipes ?

Y.B. : Il faut savoir que pour chacune des décisions que nous avons prises, le personnel a été impliqué. Nous avons visité les sites tous ensemble. Ils ne découvriront pas en janvier le nouvel outil. Par ailleurs, ils savent qu’il n’y aura pas de baisse de la masse salariale, mais qu’il y aura une formation nécessaire pour faire face à une évolution de leurs métiers. Il y aura également de nouvelles tâches, comme l’étiquetage des produits, qui était jusqu’à présent assuré par les magasins eux-mêmes.

 

4Murs en chiffres

> Chiffre d’affaires : 100 millions d’euros

> Effectif France : 650

> Nombre d’entrepôts : 3

 

CV Express

> 32 ans

> Diplôme d’ingénieur généraliste aux Arts et Métiers Paristech

> A travaillé chez ThyssenKrupp en tant que responsable qualité usine

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format