Menu

INTERVIEW. Acquisition de STVA : le président du groupe CAT s'explique

Supply Chain Magazine | Supply Chain | publié le : 10.11.2017 | Dernière Mise à jour : 10.11.2017

CAT vient d'annoncer l’acquisition de STVA. Alejandro Forbes, président du groupe CAT, revient sur les motivations stratégiques de cette opération.

Crédit photo © CAT

EXCLUSIF. Le groupe CAT, spécialiste de la logistique automobile, vient d'annoncer l’acquisition de STVA, filiale de SNCF Logistics. Dans un entretien à Supply Chain Magazine, Alejandro Forbes, président du groupe CAT, revient sur les motivations stratégiques de cette opération, ainsi que sur sa volonté de construire un ensemble européen de premier plan, entièrement dédié au transport et à la logistique automobile.

Supply Chain MagazineCAT et STVA ont des activités comparables. Qu’est-ce qui a motivé pour CAT cette opération de croissance externe ?

Alejandro Forbes : Notre motivation est liée à notre ambition européenne. Nous voulons pérenniser l’entreprise et la développer avec, pour objectif, de devenir leader incontesté de cette l'industrie (l’automobile). Pour ce faire nous avons mis en œuvre des plans de développements à moyen-long terme. L’acquisition de STVA constitue une étape majeure qui s’inscrit complètement dans cette stratégie.

SCM : Travailler avec une industrie aussi exigeante que l’automobile suppose un haut niveau d’expertise. N’avez-vous pas envie de mettre à profit ce savoir-faire pour conquérir d’autres marchés ?

A.F. : Nous voulons le meilleur pour nos clients. Et c’est pourquoi nous nous sommes spécialisés dans un domaine aussi spécifique. Aujourd’hui nous travaillons à 100 % pour le secteur automobile, qu’il s’agisse des constructeurs ou des équipementiers. Ce qui ne veut pas dire que nous ne souhaitons pas élargir notre champ d’activités.

A cet égard nous souhaitons nous renforcer sur le marché du véhicule d’occasion et développer des prestations à valeur ajoutée (transformation, remise en état) comme le fait déjà STVA pour certains de ses clients.
 

SCM : Les deux entreprises interviennent sur des marchés très proches. Avez-vous identifié des doublons ou des redondances qui pourraient donner lieu à une rationalisation des moyens et des effectifs ?

A.F. : Pas du tout ! Il est vrai que nous sommes sur le même marché et parfois sur les mêmes territoires (certaines grandes villes par exemple). Mais il n’y a pas de doublon. C’est un état de fait qui est lié à notre histoire. Les deux entreprises ont souvent travaillé ensemble et sont très complémentaires avec une vocation de 3PL pour STVA et de 4PL pour la CAT.
 

SCM. : Comment les marques vont-elles cohabiter dans ce nouvel ensemble ?

A.F. : La problématique des marques demande réflexion car elles ont toutes les deux leur légitimité et leur notoriété. Nous verrons donc comment les préserver à travers notre offre commerciale. En revanche, ce qui est certain c’est que les deux entreprises vont fusionner dans un même ensemble juridique qui s’appelle la CAT.

C’est d’ailleurs très clair au niveau du management puisque tous les membres de SNCF Logistics qui étaient conseil de surveillance de STVA, que je préside désormais, ont démissionné et ont été remplacés. Michel Floret reste bien entendu président de STVA.
 

SCM : Que représente désormais votre groupe dans cette nouvelle configuration ?

A.F : Suite à cette acquisition, le groupe CAT détient maintenant une flotte de 1 700 camions et de 2 600 wagons porte-voitures, sur un réseau de 96 centres Logistique Véhicules, servis par un effectif de plus de 8 000 collaborateurs.

Cette nouvelle dimension doit nous permettre d’atteindre l’amélioration de notre compétitivité par l’optimisation et la mutualisation de nos moyens, de nos volumes et de nos bonnes pratiques, ceci afin de financer nos investissements passés et futurs. Ce sont également, pour nos collaborateurs, de nouvelles opportunités.

Mais nous n’avons pas l’intention d’en rester là. Notre groupe réalise environ 1,650 Md€ de chiffre d’affaires. L’objectif est d’atteindre les 2 Md€ à l’horizon 2020/2021. Cela se fera par une combinaison entre de la croissance organique mais aussi d’autres acquisitions en Europe, notamment pour étendre notre couverture géographique.

Auteur

  • Propos recueillis par Jean-Philippe Guillaume

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format