Menu

FOCUS

Exotec Solutions : le succès du robot logistique made in France

Logistiques Magazine | Supply Chain | publié le : 01.12.2016 | Dernière Mise à jour : 01.12.2016

Image

Romain Moulin et Renaud Heitz, président et directeur génral d'Exotec Solutions

Crédit photo © Exotec Solutions

Auteur

  • Éloïse Leydier

3,3 millions d’euros viennent d’être levés par la start-up Exotec Solutions, créée en 2015. Logistiques Magazine avait interviewé ses fondateurs en mars 2016, dans un dossier consacré à "l’entrepôt 4.0"…

"Le secteur de la logistique est prêt à adopter plus de technologies", assure Romain Moulin, 35 ans, président d’Exotec, start-up créée en 2015.

C’est en travaillant pour le fabricant d’AGV BA Systèmes et ensuite pour la branche médicale du groupe General Electric, que Romain Moulin et Renaud Heitz, directeur général d’Exotec, ont eu l’idée d’une solution innovante de préparation de commandes assistée par des robots mobiles, autonomes et collaboratifs. Ils ont alors 34 ans et leur expérience en robotique médicale les pousse à réfléchir à des solutions de manutention plus flexibles que la mécanisation traditionnelle.

Leur idée : des robots de 20 cm de haut et de 20 kg, conçus pour transporter les commandes entre les opérateurs. Plus de perte de temps pour les eux, qui restent concentrés sur leurs tâches. "Ces robots se dirigent grâce à des tags au sol mais sont également capables d’interagir avec leur environnement, ce qui permet une parfaite cohabitation avec les hommes de l’entrepôt", précise Romain Moulin.


La mission est assignée par le "Fleet Control"

La mission leur est assignée par un logiciel de gestion de flotte ou "Fleet Control", coordonné au logiciel de gestion d’entrepôt (WMS). Les robots se déplacent ensuite vers la zone de picking, où l’opérateur désigné va scanner les produits demandés avant de les déposer sur l’engin, capable de porter jusqu’à 50 kg de marchandises.

"Cette solution a en effet été réfléchie pour de la manipulation de détail", commente le président d’Exotec, ajoutant que l’infrastructure nécessaire est très légère si on la compare, par exemple, à un convoyeur à gares classique.

 
Un niveau d’intelligence supérieur

Une fois chargés, les robots se dirigent ensuite, à une vitesse de 10 km/h, vers la zone d’emballage des commandes où il déposera les produits, sur un stock tampon à proximité d’un opérateur. Grâce au "Fleet Control" connecté au WMS, on sait où en sont les commandes en temps réel, et les déplacements des robots sont dirigés en fonction du besoin qu’on en a.

"Les acteurs de la logistique sont à la recherche de solutions flexibles et agiles, pouvant évoluer facilement en fonction de leur activité", note Romain Moulin. Selon lui, le succès à venir des nouvelles technologies dans ce secteur repose sur une baisse de leurs coûts avec, de plus, un niveau d’intelligence supérieur donnant plus de souplesse aux solutions.

Après un premier tour de table lors de la création d’Exotec, les deux jeunes dirigeants viennent de lever le second, 3,3 millions d’euros, auprès de 360 Capital Partners et Breega Capital.

> Pour voir le dossier complet : L’entrepôt 4.0 en ordre de marche

> Article des Echos

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format