Menu

DISTRIBUTION

Eurelec revoit sa copie logistique

Logistiques Magazine | Supply Chain | publié le : 30.11.2016 | Dernière Mise à jour : 30.11.2016

Image

Avec le projet de lancer de nouveaux services, comme un drive, où les clients pourront venir retirer leur matériel quand ils le souhaitent, un simple déménagement ne pouvait pas suffire pour Eurelec…

Crédit photo © DR

Auteur

  • Eloïse Leydier

Nouvelle plate-forme, changement de process de la réception à l’expédition, cure d’amaigrissement du catalogue et des stocks, mise en place d’un drive… et pour améliorer la qualité de service, le distributeur de produits électriques a également dû faire l’acquisition d’un WMS.

Avec un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros, Eurelec Distribution se trouve aujourd’hui à l’étroit dans son bâtiment de 2 000 m2 situé à Villiers-sur-Marne. En 2017, le distributeur de matériel électrique déménagera donc sur une surface trois fois plus grande, à Marne-la-Vallée. Mais ce changement d’adresse ne sera pas la seule nouveauté pour les équipes logistiques d’Eurelec.

Son catalogue de 700 000 références, dont 4 000 restent stockées dans l'entrepôt et 4 000 dans ses 6 magasins, répond à la demande de 13 000 clients professionnels, parmi les petits artisans et grandes entreprises opérant en région parisienne.


Erreurs de rangement et perte de temps

26 000 produits sont vendus par an au rythme de 1 à 2 réapprovisionnements par jour pour ses magasins et des clients qui ont parfois besoin d’être livrés sur différents chantiers au fil de la journée. "Or, le bâtiment de Villiers n’a pas été conçu pour de la logistique mais seulement pour du stockage, explique Paolo Sousa, directeur informatique d’Eurelec Distribution. Nous ne disposons pour l’instant que d’un seul quai où tous les flux se croisent."

Autre difficulté pour cette entreprise créée en 1997, l’emplacement des produits est géré manuellement, avec les erreurs de rangement que cela suppose et la perte de temps passé à les chercher lorsque la commande arrive.

Avec le projet de lancer de nouveaux services, comme un drive, où les clients pourront venir retirer leur matériel quand ils le souhaitent, un simple déménagement ne pouvait pas suffire…


La réception au cœur du système

Paolo Sousa s’est donc lancé dans la recherche d’un WMS qui pourrait aider à réduire les erreurs de préparation, gagner en fiabilité et en réactivité, mais aussi mieux organiser les tournées. La société s’est tournée vers BEXT WMS de l’éditeur Infflux, pour un montant estimé de 120 000 €.

En 2017, la réception sera au cœur du système : les opérateurs devront désormais calibrer les produits, les étiqueter, puis les enregistrer dans le WMS. Ils les déposeront ensuite soit dans une zone d’attente pour être acheminés dans la zone de stock, soit ils repartiront immédiatement chez les clients.

Désormais, chaque marchandise aura sa place et chaque place aura sa référence. Quand une commande vers un magasin ou vers un chantier sera enregistrée, la préparation sera plus vite effectuée. "Sur les 8 préparateurs que nous avons aujourd’hui, deux devraient à terme rejoindre les 2 personnes de la réception", détaille le directeur informatique.


Cure d’amaigrissement... du catalogue

L’optimisation du stockage et l’envoi des commandes selon 3 modes de préparation (cross-dock, palettes vers les magasins et colis vers les clients) vont également permettre à Eurelec de proposer un autre service en plus du drive : toute commande passée jusqu’à 20 h pourra être livrée dès le lendemain 7 h. Inimaginable avec l’organisation actuelle.

Eurelec va de plus entamer une cure d’amaigrissement de son catalogue. "Pour l’instant, une part de notre stock est constituée de références « non désirées » : nos 5 fournisseurs nous imposent une certaine quantité alors que nos clients en demandent une plus petite, nous laissant le reste dans nos stocks…", explique Paolo Sousa.

L’entreprise va donc non seulement réduire le nombre de ses fournisseurs à deux afin de mieux négocier ces quantités, mais aussi imposer à ses clients de commander un nombre en cohérence avec cette contrainte. Prévus pour le 1er semestre 2017, ces changements vont néanmoins devoir être accompagnés d’une certaine communication auprès des clients, mais aussi auprès des salariés.

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format