Menu

INTERVIEW

Éric Sarrat, GT Logistics : "Nous voulons pousser la porte de la production"

Logistiques Magazine | Supply Chain | publié le : 10.02.2016 | Dernière Mise à jour : 21.06.2017

Image

Éric Sarrat, Pdg de GT Logistics.

Crédit photo © DR

Auteur

  • Luc Battais

En novembre 2015 le président de GT Logistics, Éric Sarrat, avait présenté une nouvelle gouvernance pour l'activité logistique au sein du groupe familial qu'il dirige avec son frère Michel. Il vient d'annoncer deux nouvelles prises de participation qui vont renforcer l'activité dans la logistique industrielle. 

Logistiques Magazine : Le groupe GT vient de céder sa filiale L4 Logistics spécialisée dans l’e-commerce à son management tandis que la filiale GT Logistics prend une participation dans L4. Quel est le sens de ces transactions ?

Éric Sarrat : La cession de L4 Logistics à son management n’est pas un désengagement de l’e-commerce de la part de GT. En fait, la holding (SPGT) dirigée par mon frère Michel, qui détenait L4 Logistics au sein du groupe familial, recentre son activité autour de la location de camions avec conducteurs. De son côté, avec une prise de participation minoritaire dans la nouvelle société L4 Logistics, GT Logistics reste donc bien dans le secteur du commerce électronique mais sous forme d’une activité complémentaire dans une stratégie de développement plutôt axée sur la logistique industrielle. L’entreprise L4 Logistics a engagé une belle dynamique de redressement, à laquelle GT Logistics souhaite participer.

L.M. : Vous venez d’annoncer la prise de participation minoritaire de GT Logistics au capital d’une nouvelle société, Humarobotics, or aujourd’hui le secteur de la logistique qui fait le plus appel à des robots est celui de l’e-commerce. Dans quel type de robotique êtes-vous en train d’investir ?

É.S. : En fait il s’agit de robots collaboratifs, ces fameux "cobots" installés à poste pour la préparation de commandes mais aussi le long des chaînes d’assemblage. Car nous voulons pousser la porte de la production. Selon les outillages dont ils sont équipés, ces cobots peuvent, en effet, positionner sur un gabarit les pièces nécessaires à un assemblage par soudage ou sertissage, par exemple.

L.M. : Quelle sera l’articulation entre GT Logistics et Humarobotics ?

É.S. : Il s’agit d’une société nouvellement créée par Jérôme Laplace, un jeune ingénieur qui dispose de la licence d’importation des robots américains Sawyer, lancés en 2015 par Rethink Robotics, dont le robot Baxter est déjà largement connu. Disons que Baxter a deux bras articulés et que la version Sawyer n’en a qu’un seul. C’est le premier robot collaboratif pour l’industrie, commercialisé par Jérôme Laplace, qui au travers de sa société Génération Robots fondée en 2008, s’était centré sur des robots destinés à la recherche et à l’éducation. Nous apportons notre connaissance du milieu industriel et le bureau d’études de GT Logistics sera formé aux fonctionnalités du robot. Sawyer est le premier robot collaboratif commercialisé par Humarobotics.

 

Les cobots arrivent dans la supply chain

 

robot collaboratif Sawyer de GT


Les robots collaboratifs sont des machines postées ou non qui assistent un opérateur dans l'accomplissement d'un ensemble de tâches. Selon l'outil dont est équipé le bras articulé d'un robot comme Sawyer, il peut travailler sur des chaînes de production ou en logistique comme une aide au picking ou à l'emballage.

 

> Pour voir comment travaille le cobot


Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format