Menu

Comment prévenir les accidents de chariots élévateurs ?

L'Officiel des Transporteurs | Supply Chain | publié le : 13.11.2012 | Dernière Mise à jour : 22.06.2017

Image

Une plateforme de simulation pédagogique pour appréhender le risque de renversement latéral.

Crédit photo © DR

Auteur

  • Anne-Laure Besse

Le chariot élévateur est à l'origine d'une dizaine de décès chaque année. Quelles actions de prévention mettre en place ? 25 responsables logistiques ont fait le point lors d'une journée organisée par Randstad et Promotrans.

Diversification logistique oblige, les transporteurs sont de plus en plus nombreux à ouvrir des zones de stockage ou à étendre leurs surfaces d’entreposage. Du coup, le recours à l’utilisation de moyens de manutention, chariots élévateurs notamment, s’intensifie. Et avec lui, le risque d’accidents.

Chaque année, dix accidents mortels de chariots élévateurs surviennent. La moitié sont consécutifs au renversement latéral de l’engin, l’autre moitié est due à une charge trop haute, une vitesse excessive ou un sol encombré, incliné, non stable. Sans aller jusqu’au pire, entre 1992-2002, 8 300 accidents par an ont donné lieu à un arrêt de travail en moyenne, dont 580 ont provoqué une incapacité permanente.


L'obligation de formation

Des chiffres rappelés lors d’une journée organisée par Randstad et Promotrans le 18 octobre 2012 à Vitry-sur-Seine qui a réuni 25 responsables logistiques (Geodis, UPS, Norbert Dentressangle…) autour de la prévention à travers des conférences et ateliers de mise en situation.

Une série de textes réglementaires parus en décembre 1998 précisent l’obligation de formation pour la conduite des équipements de travail mobiles automoteurs et des équipements de travail servant au levage. En complément, la conduite de certains équipements nécessite l’obtention d’une autorisation de conduite délivrée par le chef d’entreprise après la prise en compte de trois éléments : examen d’aptitude médicale délivré par le médecin du travail, contrôle des connaissances et des compétences du conducteur, connaissance des lieux et des instructions à respecter.


Les bonnes pratiques recommandées

Pour chaque type d’engins, la CNAMTS (Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés) a établi une liste de recommandations. Celles-ci définissent un référentiel de connaissances et savoir-faire que les conducteurs doivent maîtriser en vue de l’obtention du certificat d’aptitude à la conduite en sécurité (CACES).

Lire la suite dans L'Officiel des Transporteurs n°2666 du 9 novembre 2012 : Journée sécurité logistique, prévenir les accidents de chariots élévateurs (accès abonnés)

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format