Menu

Transport express

Chronopost lance une offre d’express B to C pour les produits frais

Logistiques Magazine | Supply Chain | publié le : 06.11.2015 | Dernière Mise à jour : 27.03.2017

Image

Tous les colis Chronofresh sont manipulés sous température dirigée.

Crédit photo © Chronopost/ REA

Auteur

  • Luc Battais

Chronopost lance un nouveau service de livraison express baptisé Chronofresh. Dédié aux produits frais ou surgelés, il permet de livrer les particuliers comme les entreprises en J+1 avant 13 h partout en France.  

Le président de Chronopost, Martin Piechowski, a jeté un sacré pavé dans la marre de la distribution de l’e-commerce en annonçant le 5 novembre 2015 l’ouverture d’un service de livraison express de produits frais (0 à 4°C) et surgelés (-18°C), capable d’offrir un suivi des températures de bout en bout et de gérer les DLC (dates limites de consommation).

Il s'agit d'une prestation de distribution en J+1 avant 13 h pour des colis d’un poids maximum de 30 kg, aussi bien à destination des particuliers (B to C) que des entreprises (B to B).  Dans un premier temps la prestation ne sera proposée qu’en France et elle ne couvrira la totalité du territoire que dans quelques mois, le temps d’équiper les 80 agences de Chronopost. Car l’originalité du produit est de s’appuyer sur le réseau existant, dont les tous éléments vont être progressivement munis de chambres froides ou de caissons réfrigérés selon l’importance des flux.


Une chaîne du froid plus robuste

Chronofresh permettra d’expédier "de partout vers partout" à l’intérieur du réseau, en utilisant in fine les tournées de livraisons de Chronopost. Dans cette infrastructure circuleront des conteneurs, eux-mêmes sous température contrôlée au moyen de "plaques eutectiques" (des accumulateurs de froids réutilisables), tracés au moyen de balises RFID.

Contrairement aux autres services de messagerie sous température dirigée pour des produits pharmaceutiques par exemple, ce ne sont pas les colis qui sont chargés en produit réfrigérant mais les conteneurs de transport. Christophe Desgens, président de Chronopost Food qui commercialise Chronofresh, explique qu’il s’agit d’une différence notable. En effet, ce choix technologique facilite la préparation des envois chez l’expéditeur et rend la chaîne du froid plus robuste, notamment dans le cas ou un destinataire est absent. Le colis peut retourner à l’agence de livraison pour une représentation ultérieure sans abaissement de la température, puisque c’est le véhicule (en l’occurrence le conteneur) qui assure le maintien de la chaîne du froid.


Un investissement de 20 M€

Chronopost va investir 20 millions d'euros (M€) dans le déploiement de ce service, qui semble en mesure de combler une lacune importante dans l’offre de livraison aujourd'hui à disposition du commerce électronique. Car la difficulté de livrer des produits frais ou surgelés autrement que dans des circuits courts ou en B to B est aujourd’hui un obstacle majeur au développement de la vente en ligne de ces produits. En se positionnant sur ce créneau, Chronofresh se met donc en situation d’engendrer son propre volume d’affaires, tout en plaçant assez haut le prix du ticket d’entrée sur ce qui ressemble bien à un nouveau segment du transport de distribution.

En étant en mesure de traiter à terme des volumes importants, Chronofresh s’adresse aussi bien à des e-marchands de petite dimension (quelques grandes boucheries parisiennes sont déjà clientes) qu’à la grande distribution ou à la restauration hors foyer. C’est probablement ce qui fait son originalité et son avance sur le marché de l’express en France. Cela parce que le réseau Chronopost est déjà bâti pour traiter de gros volumes, livrer des particuliers et parce qu’au bout du compte, pour Chronofresh, il ne fera que son métier de base en transportant des colis secs (les conteneurs réfrigérés).


Capter un tiers du marché

En France, très peu de réseaux d’express ou de messagerie sont en capacité de construire rapidement une offre similaire au niveau national. Il est également peu probable que les grands spécialistes du transport sous température dirigée se hasardent bientôt dans la livraison B to C.

Martin Piechowski reste néanmoins prudent. Il parle encore d’une période d’observation à propos des 6 prochains mois, mais il s’est fixé pour objectif d’atteindre un chiffre d’affaires de l’ordre de 100 M€ en 2020 avec Chronofresh et de capter un tiers du potentiel d’un marché estimé aujourd’hui à 100 000 colis par jour.

Lancé en mai 2015, le service est opérationnel en Ile-de-France à partir du hub Chronopost de Brie-Comte-Robert et il est aujourd’hui disponible dans les grandes villes.

 

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format